Caterina Scorsone de "Grey's Anatomy" raconte comment sa fille trisomique a changé sa vie

Caterina Scorsone de "Grey's Anatomy" raconte comment sa fille trisomique a changé sa vie

DÉCLARATION D'AMOUR - L'actrice qui incarne Amelia Shepherd dans la série médicale a délivré un puissant message sur la maternité et les différences dans un entretien avec un podcast qui l'interrogeait sur sa petite Paloma, née avec un chromosome en plus il y a deux ans.

Son sourire s'affiche partout sur le compte Instagram de sa maman. Paloma, née en novembre 2016, vit comme toutes les petites filles de son âge, à la différence près qu'elle est née avec un chromosome 21 en plus. Comme 60.000 bébés aux Etats-Unis chaque année. "Mon mari et moi avions beaucoup parlé de la trisomie. Il pensait depuis le lycée qu'il allait avoir un enfant trisomique, ce qui est étrange quand on est lycéen. C'est une différence physique et cognitive mais c'est une magnifique diversité. Mais quand ça vous arrive, vous ne savez pas quoi faire", explique dans un podcast Caterina Scorsone.

L'actrice de 37 ans, qui incarne Amelia Shepherd dans "Grey's Anatomy", raconte s'être sentie "complètement dépassée" à l'annonce du diagnostic. Déjà mère d'Eliza, aujourd'hui âgée de 6 ans, elle confesse avoir "eu peur". "Je me suis sentie mal équipée et isolée. Et il y a tellement de désinformation sur Internet et dans les livres. C'est comme une liste de toutes les choses qui peuvent mal se passer dans la vie de votre enfant", raconte-t-elle au podcast Motherly.

Voir cette publication sur Instagram

Arms full of Christmas giggles. Hearts full to bursting. 🎄❤️

Une publication partagée par Caterina Scorsone (@caterinascorsone) le

Mais tous les ouvrages n'étaient pas à jeter. Caterina Scorsone a puisé son inspiration dans Expecting Adam qui lui a montré qu'il y avait "quelque chose de mystiquement spécial à propos de ce voyage". De quoi modifier totalement sa perception de la maternité. "Je pensais inconsciemment que mon travail en tant que mère était d'équiper ma fille pour qu'elle survive dans un monde compétitif (...). Puis cette voix est venue à moi et je suis dit : 'Je ne sais pas quoi faire... Oh, je suis supposée la garder en sécurité et faire qu'elle se sente aimée", se souvient-elle. L'arrivée de Paloma, qu'elle surnomme Pippa, lui a aussi permis de comprendre qu'elle "aimait les gens pour les mauvaises raisons". "Je les aimais pour leurs qualités extérieures et non pas pour leur essence", souligne-t-elle. 

Quand je sens qu'ils sont prêts, je leur dis : 'Vous avez touché le jackpot'- Ce que Caterine Scorsone dit aux futurs parents d'enfants trisomiques

"Pippa a deux dents en bas et quatre molaires. Elle n'a pas encore toutes ses dents car son développement se fait plus lentement. Mais elle grandit. Elle atteint toutes les étapes importantes, ça arrive juste à un rythme différent", dit-elle fièrement de sa cadette. Après avoir trouvé du soutien auprès des autres mères d'enfants trisomiques, son "armée magique de l'amour", Caterina Scorsone est devenue l'une des porte-paroles de cette différence qu'elle refuse d'appeler handicap. Son compte Instagram regorge de posts sur le sujet. 

Voir cette publication sur Instagram

October is Down syndrome awareness month. Here’s a little info. 1 in 700 babies is born with Down syndrome. Language is important. Parents don’t have a 1 in 700 “RISK” of having a baby with Down syndrome. Parents have a 1 in 700 CHANCE of having a baby with Down syndrome, just like they have a 50 percent CHANCE of having a girl and a 50 percent CHANCE of having a boy. (With some beautiful variations in there as well). Differences are beautiful. Language changes how people think. Words are important. #hitthejackpot #theluckyfew #nothingdownaboutit #love

Une publication partagée par Caterina Scorsone (@caterinascorsone) le

Lire aussi

"Un bébé sur 700 naît trisomique. Le langage est important. Les parents n'ont pas un risque sur 700 d'avoir un bébé trisomique. Les parents ont une chance sur 700 d'avoir un bébé trisomique, comme ils ont 50% de chance d'avoir une fille et 50% de chance d'avoir un garçon. Les différences sont belles. Le langage change la manière de penser des gens. Les mots sont importants", écrivait-elle en octobre dernier lors du mois de sensibilisation à la trisomie 21. C'est également ce qu'elle assure aux parents qu'elle rencontre. "Quand je sens qu'ils sont prêts, je leur dis : 'Vous avez touché le jackpot' et "Oh mon dieu, vous avez été choisis pour cette expérience, c'est incroyable et votre monde va s'ouvrir de manière inimaginable'", relate-t-elle. Un discours qui devrait aider bon nombre de jeunes parents.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.