Ce que contient l'enquête des "Inrocks" sur Jean-Marc Morandini

Ce que contient l'enquête des "Inrocks" sur Jean-Marc Morandini
People

POLÉMIQUE - Dans leur dernier numéro sorti mercredi 13 juillet, "Les Inrocks" consacrent une enquête, fouillée et très documentée sur les pratiques de Jean-Marc Morandini. Et notamment sur la manière dont l'animateur du "Grand direct des médias" et futur visage d'Itélé aurait procédé pour recruter les acteurs pour sa web-série "Les Faucons" en les poussant à s'exhiber nus.

Ce sont des accusations sordides et glauques. Pour son dernier numéro, en kiosques ce mercredi 13 juillet, le magazine Les Inrocks a enquêté sur les pratiques de Jean-Marc Morandini, via sa société NZPP. Cette société produit la web-série Les Faucons qui raconte "la vie d'une équipe de foot dans une banlieue parisienne". 

Dans cette enquête, fouillée et très documentée (à lire ici) , on apprend notamment comment l'animateur du "Grand Direct des Médias" sur Europe 1 et futur visage d'Itélé, aurait procédé pour recruter les acteurs pour sa web-série. A l'arrivée : des acteurs qui se disent manipulés et à qui on aurait demandé de se filmer en train de se masturber, des invitations plus que limites et des mails insistants. 

"C’est intéressant de voir les limites de chacun"

Entre juillet et octobre 2015, le casting de la série démarre. De nombreux jeunes hommes postulent et les échanges avec la société de production débutent. Une certaine Catherine Leclerc envoie des mails en pleine nuit aux comédiens dans lesquels il leur est demandé d'avoir une "compétence primordiale" : pouvoir tourner des scènes de nu. Une nudité mise en avant mais présentée comme "naturelle".

EN SAVOIR + >> Affaire Morandini : Europe 1 demande des comptes à son animateur, Les Inrocks annoncent de nouveaux témoignages

Catherine Leclerc demande alors expressément aux candidats d'envoyer une vidéo d'eux nus. "Certains avaient choisi de le jouer de façon plus provocante, parfois avec une érection, ou en allant plus loin dans la provocation comme une masturbation, mais c’est intéressant de voir les limites de chacun même si je le rappelle il n’y aura ni érection, ni relation sexuelle dans la série", pourrait-on lire dans un des mails, selon cette enquête.

"Vous vous sentez de faire une fellation à JMM, qui n'est pas n'importe qui"

La suite se déroule dans les locaux d'Europe 1, dans le bureau de Jean-Marc Morandini où les candidats rencontrent l'animateur. Un jeune acteur raconte : "A la fin, il m’a demandé s’il pouvait prendre des photos de moi nu, 'pour les besoins du casting' (...) Nous étions tous les deux et il a pris des photos de moi nu, avec son smartphone."

Ce même acteur raconte un peu plus loin qu'il lui a été proposé de faire "une vraie fellation" à une personne qui lui donnera la réplique. Cette personne n'est autre que Jean-Marc Morandini. Catherine Leclerc adresse alors ce mail : "Vous vous sentez de faire une fellation à JMM, qui n’est pas n’importe qui… Star télé et radio mais ça, c’est vrai que vous ne le savez pas." Le jeune homme refuse. 

Il est question de travail dissimulé 

Autre comédien casté pour la web-série, Jules, raconte que Catherine lui a proposé de venir accompagné de son petit frère âgé de 14 ans pour une audition. Tous deux auraient dû jouer une scène dans laquelle il est question de masturbation mutuelle. Jules ne donnera pas suite. Le tournage démarre en septembre 2015. Certains comédiens ont accepté les requêtes de la production. A regrets aujourd'hui. L'enquête affirme également qu'il est question de travail dissimulé : toutes les heures de tournage n'auraient pas été payées. 

Contacté par Metronews, Europe 1 nous a adressé une "réponse officielle". "La direction d’Europe 1 découvre cet article et les allégations qu’il contient et dont elle ignore tout. Elle a interrogé Jean-Marc Morandini qui les dément formellement et qui l’a informée de son intention de porter plainte. Concernant les rendez-vous qui auraient eu lieu dans nos locaux :  nous n’avons aucune connaissance de ces faits", indique le communiqué de la station de la rue François 1er.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : des élus de la Loire réclament l'assistance de l'armée pour aider les soignants

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent