César 2020 : Marlène Schiappa et Franck Riester divisés sur le cas Polanski, en tête des nominations

César 2020 : Marlène Schiappa et Franck Riester divisés sur le cas Polanski, en tête des nominations
People

POLÉMIQUE - La nomination de Roman Polanski dans plusieurs catégories dont celles de la meilleure réalisation et du meilleur film a fait réagir Marlène Schiappa qui s'est interrogée sur "le message que l'Académie des César souhaite envoyer aux femmes". Le ministre de la Culture, Franck Riester, a lui déclaré que l'Académie est libre de ses choix.

La nomination de Roman Polanski au César 2020 divise la classe politique. Le réalisateur autrichien est en lice pour douze prix avec son thriller historique sur l'affaire Dreyfus avec Jean Dujardin, notamment dans les catégories reines de la meilleure réalisation et du meilleur film. Face à lui, Nicolas Bedos, Eric Toledano et Olivier Nakache ou encore Arnaud Desplechin.  Si le président de l'Académie des César Alain Terzian a affirmé que son instance ne devait pas "avoir des positions morales", la nouvelle a fait réagir la secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes.

Lire aussi

Marlène Schiappa a estimé mercredi sur RTL que "le monde du cinéma français n'avait pas terminé sa révolution" en matière de violences sexistes et sexuelles. "Je m'interroge sur le message qui est envoyé, manifestement le monde du cinéma français n'a pas terminé sa révolution en ce qui concerne les violences sexistes et sexuelles", a-t-elle lancé. "Il y a deux ans encore, j'étais à la cérémonie des César et elle était placée sous l'égide de #Metoo avec une célébration de la valorisation des femmes, de leur parole, de leur liberté dans le monde du cinéma, quel est là le message que l'Académie des César souhaite envoyer aux femmes ?", a-t-elle insisté.

En vidéo

Roman Polanski accusé de viol : faut-il ou non boycotter son film "J'accuse" ?

Le ministre de la Culture Franck Riester a lui aussi réagi à la nomination. L'Académie des César est "libre de ses choix et de son mode de fonctionnement", a-t-il affirmé mercredi dans un communiqué. "Il ne me revient pas d'intervenir dans sa procédure de nomination, ni de définir les conditions d'éligibilité des films", a poursuivi le ministre tout en rappelant son engagement contre les violences sexistes et sexuelles. "Un artiste est un justiciable comme les autres", a-t-il souligné dans son communiqué.

Roman Polanski "nie absolument" les récentes accusations de Valentine Monnier, qui l'accuse de l'avoir frappée puis violée en 1975 en Suisse alors qu'elle avait 18 ans, comme il l'avait déjà fait par l'intermédiaire de son avocat. Cette nouvelle affaire survenait alors que Roman Polanski a été accusé d'agressions sexuelles par d'autres femmes ces dernières années, pour des faits prescrits. Il est en outre sous le coup de poursuites de la justice américaine depuis 1977 pour relations sexuelles illégales avec une mineure.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Assassinat de Samuel Paty : six gardes à vue levées, dix autres toujours en cours

EN DIRECT - Covid-19 : 300.000 morts supplémentaires aux États-Unis pendant la pandémie

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

EN DIRECT - Election américaine : plus de 35,5 millions d'Américains ont déjà voté, contre 5,9 millions à la même époque en 2016

CPF : attention, vous risquez de perdre vos heures de formation !

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent