"Cher gouvernement, pouvez-vous m'expliquer ces images ?" : Marion Cotillard indignée par les tirs de gaz lacrymogènes contre des militants écolos

People
COUP DE GUEULE - L'actrice française, fervente avocate de l'environnement, s'est indignée de l'attitude des forces de l'ordre face aux manifestants venus à Paris vendredi 28 juin marcher pour la planète. Elle a partagé sur son propre compte Instagram une vidéo déjà relayée par la jeune Greta Thunberg.

Ils marchent tous les vendredis pour le climat. Mais ce vendredi 28 juin, les militants écologistes rassemblés à Paris ont été ciblés par des jets de gaz lacrymogènes de la police, qui cherchait à les déloger du pont qu'ils bloquaient. Une scène captée par la caméra du journaliste Clément Lanot et partagée sur Instagram par Greta Thunberg, la jeune activiste suédoise de 16 qui a lancé le mouvement "Fridays for the future".


"Aujourd'hui, des activistes pour le climat pacifiques et des étudiants en grève à Paris ont été aspergés de gaz lacrymogènes. Le même jour, il a fait 45,9°C en France en juin (...). Regardez la vidéo et demandez-vous : qui défend qui ?", a lancé la jeune femme en commentaire.

Six mois après "L'Affaire du siècle"

La vidéo a également interpellé Marion Cotillard qui l'a à son tour postée sur son compte Instagram. L'actrice en appelle directement aux autorités françaises. "Cher gouvernement français, pouvez-vous m'expliquer ces images ?", lance-t-elle, utilisant le hashtag "insoutenables". "Des activistes français et des étudiants en grève se font asperger de gaz lacrymogène alors qu'il protestent paisiblement à Paris, contre une situation climatique désastreuse et trop ignorée", écrit-elle.  

L'occasion pour Marion Cotillard de dénoncer à nouveau l'inaction des politiques face à l'urgence climatique, six mois après avoir signé la pétition "L'Affaire du siècle" qui doit déboucher sur une plainte contre l'Etat français. "Les discours, les débats c'est bien mais maintenant il faut passer au stade supérieur", avait-elle déclaré en décembre sur France Inter.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter