Mathieu Kassovitz est-il devenu le meilleur ennemi des Gilets jaunes ?

People
FREE STYLE - Il n’a jamais sa langue de sa poche. Mais depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, Mathieu Kassovitz se déchaîne. Sur les réseaux sociaux, l’acteur et cinéaste dialogue sans filtre avec les manifestants et leurs soutiens. Dernier exemple en date avec son clash lundi soir avec Philippe Poutou. Explications.

Mathieu Kassovitz sur Twitter ? Un festival permanent !  Depuis qu’il s’est inscrit sur le réseau social, en 2013, l’acteur et réalisateur français enchaîne les clashs et les bons mots au gré de ses humeurs et de l’actualité du moment. On se rappelle qu’il s’était réjoui du braquage de la starlette américaine Kim Kardashian en tweetant "fier d’être parisien". Mais aussi qu’il a traité l’acteur Vin Diesel de "pompe à vélo" et de "baudruche pleine de vent", n’ayant toujours pas digéré leur collaboration compliquée sur "Babylon Babies", il y a dix ans. 


En décembre dernier, c’est la police nationale qu’il qualifiait de "bande de bâtards" et de "bons à rien" pour avoir mobilisé 24 agents lors d’une opération anti-drogues au CHU de Nantes.  Le député LR Eric Ciotti déplore ses propos avant de réclamer des poursuites ? "Je te bise Eric", ripostera-t-il en paraphrasant "Le Père Noël est une ordure". "Je te te bise et je te rebise. Je te prends, je te retourne et je te bise."

Depuis le début de la crise des Gilets jaunes, l’auteur de "La Haine" est entré dans une autre dimension. Là où de nombreux people affichent leur soutien au mouvement, de manière plus ou moins opportuniste, cet amateur de boxe distribue les coups dans tous les camps. Les politiques coupables de récupération, les manifestants proches de l’extrême-droite et les casseurs… Tous y passent, à raison de plusieurs dizaines de tweets par jour.


Dernier clash en date ? Celui qui l’a opposé lundi à Philippe Poutou, "Laisse-le parler avant", a-t-il suggéré à l’ancien candidat à l’élection présidentielle du Nouveau parti anticapitaliste, alors que ce dernier appelait à poursuivre la mobilisation avant même l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron. "Alors, heureux Mathieu ? Maintenant Macron a parlé et on est bien avancés", lui a répondu dans la soirée l’ouvrier et syndicaliste.

Riposte quasi-immédiate du cinéaste qui a appelé à voter Macron au second tour face à Marine Le Pen : "Oui, je suis très content d’avoir un président qui garde sa ligne et qui essaye des choses tout en écoutant et en reconnaissants ses erreurs. Et toi, tu n’as pas aimé le ton de sa voix ou la position de ses mains ? Tu voulais quoi, une Mercedes neuve et le SMIC à 2.500, Philippe ?". 

S’il a les élus du Rassemblement national dans le collimateur, tout comme Nicolas Dupont-Aignan, Mathieu Kassovitz ne manque jamais une occasion d’épingler les figures de La France Insoumise. Jean-Luc Mélenchon appelle ce mardi à un "acte 5", dimanche prochain ? "Pour rappel, y a pas d’actes, y a que des samedis. Parce que dans la semaine, les révolutionnaires vont bosser pour le bourgeois " rétorque-t-il.

Parfois, ses réactions sont plus lapidaires. "C’est qui ce débile mental ?", s’est-il interrogé en découvrant, le 2 décembre, la vidéo de François Ruffin réclamant la démission d’Emmanuel Macron dans son écharpe tricolore. Autant dire qu'il s'est rapidement fait de nouveaux amis...

S'il adore la provoc, ce fervent défenseur du vote blanc a aussi des raisonnements argumentés, comme en témoigne cette série de tweets postés le 3 décembre...

Chassez le naturel, il revient au galop ! Réagissant au rétropédalage lundi dans TPMP de Franck Dubosc, qui s’était désolidarisé des Gilets jaunes après avoir été l’une des premières personnalités à appeler à soutenir le mouvement, Mathieu Kassovitz s’est fendu ce mardi matin d’un tweet moqueur...

Bientôt un débat entre ceux deux-là ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter