Comme Laetitia Millot ou Enora Malagré, Lorie Pester révèle être atteinte d’endométriose

People
DirectLCI
MALADIE – A l’image de nombreuses célébrités, la chanteuse et comédienne Lorie Pester a décider de révéler au grand public qu’elle était atteint d’endométriose. Encore taboue, cette maladie touche pourtant une femme sur dix.

Elle a décidé de parler à cœur ouvert. Lorie Pester a confié au site Konbini qu'elle était atteinte d'endométriose. A l'image de nombreuses célébrités comme Laetitia Millot, Enora Malagré ou encore Lena Dunham, la chanteuse s'est décidée à lever le voile sur cette maladie encore taboue. Affection gynécologique caractérisée par la présence de tissu endométrial en dehors de l'utérus, ce mal encore méconnu touche une femme sur dix.  

"Comme plein d’autres femmes aujourd’hui, je suis atteinte d’endométriose", a expliqué la comédienne de "Demain nous appartient" devant la caméra de Kombini. "Un jour j’ai fait une grossesse extra-utérine, mon gynéco a dû m’opérer d’urgence. Et en fait, c’est après cette opération-là, quand je suis revenue dans ma chambre, qu'on m’a dit ça tout simplement : ‘Voilà, tu as de l’endométriose. Tu as 36 ans aussi et il serait peut-être bien d’aller congeler tes ovocytes", poursuit la comédienne, qui avait démenti il y a un an souffrir de cette maladie

Mon rêve, c'était d'avoir un bébé à 27 ans (…) Et la vie passe tellement vite, aujourd'hui je n'ai pas envie de ne pas être maman.Lorie Pester

Si la congélation des ovocytes n'est pas autorisée en France, elle  l'est pour les femmes suivant une chimiothérapie ou pour celles atteintes d'endométriose, mais à un certain degré. "Par rapport à une certaine loi, je ne suis pas assez atteinte. Ce qui fait que j'ai dû aller les congeler en Espagne. J'étais assez perdue au départ", raconte la jeune femme, qui détaille son parcours : piqûres d'hormones, sautes d'humeur ("je pleurai pour un rien"), échographies, prises de sang et opération sous anesthésie générale.

Si elle a décidé de se livrer aujourd'hui, c'est pour aider les femmes qui, comme elle, mènent le même combat. "Mon rêve, c'était d'avoir un bébé à 27 ans (…) Et la vie passe tellement vite, aujourd'hui je n'ai pas envie de ne pas être maman. C'est pour ça que j'ai envie d'en parler, pour essayer de dire aux jeunes femmes attention. Pour être maman, on n'a pas toute la vie devant soi. "

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter