Dan Bilzerian : le roi d’Instagram, amateur d’armes à feu et de femmes dénudées, s’imagine déjà à la Maison-Blanche

Dan Bilzerian : le roi d’Instagram, amateur d’armes à feu et de femmes dénudées, s’imagine déjà à la Maison-Blanche
People

BLING BLING –Le milliardaire américain de 38 ans s’est offert un nouveau joli coup de projecteur ce week-end en glissant à TMZ qu’il se présenterait en 2024 face à Kanye West. Pas de quoi surprendre ses 29 millions d’abonnés numériques, autant habitués à ses frasques qu’à ses sorties sexistes.

Il représente une certaine image de l’Amérique. Celle d’un monde où l’argent est facile, où le champagne coule à flots et où le sexisme fait foi. Toute ressemblance avec l’actuel occupant de la Maison-Blanche n’est évidemment pas fortuite. Rien d’étonnant alors à ce que Dan Bilzerian envisage à son tour de poser ses valises dans le célèbre bureau ovale.

Surnommé "le roi d’Instagram", cet Américain de 38 ans à la barbe aussi bien fournie que son compte en banque a semble-t-il annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2024 tout en réagissant à celle de Kanye West. "C’est mieux qu’Hillary (Clinton, ndlr)", s'est-il amusé dimanche 10 novembre auprès TMZ qui lui demandait son avis sur le rappeur. "Je pense qu’il va concourir face à moi, on verra (…). 2024 ? Oui, oui. Je crois que ça me laisse le temps pour gérer mon bordel", a-t-il poursuivi.

Voir aussi

Fausse sortie pour un vrai buzz ? L'attitude décontractée et moqueuse de Dan Bilzerian le laisse à penser. Sans compter qu'il y a trois ans, le joueur de poker devenu star des réseaux sociaux nous a déjà fait le coup avec une campagne en toc menée tambour battant dans les boîtes de nuit des Etats-Unis avec des t-shirts souvenirs encore en vente aujourd'hui. "J'ai toujours dit que si Donald Trump était élu et ne merdait pas, j’avais une chance de devenir président (...). Je pense que ce serait cool. Je crois que je serais une des seules personnes qui ne pourraient pas être achetées ou vendues", assurait-il dans une interview à Square Mile en 2017. 

Je crois à l'égalité des droits mais il y a une différence entre les hommes et les femmes, et elle doit être respectée- Dan Bilzerian, pas féministe ni misogyne selon lui

Lui président, il plaiderait pour moins de lois mais se battrait pour rendre légales la prostitution et les drogues. Un vaste programme pour celui dont le compte Instagram, suivi par plus de 29 millions de personnes, est labellisé "21 ans et plus". Dan Bilzerian y apparaît rarement seul, souvent entouré de jeunes femmes à moitié nues venues twerker face caméra ou échancrer un peu plus leurs bikinis déjà minis. Pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes il y a deux ans, il se faisait photographier dans un jacuzzi, en train de manger sur le dos d'une de ses admiratrices. La légende ? "Soyez reconnaissant". D'une très grande classe...

Dan Bilzerian accepte volontiers la comparaison "flatteuse" avec Hugh Hefner, fondateur de "Playboy". "J’ai grandi en l’admirant, pas seulement à cause des femmes mais parce qu’il pensait en dehors des clous. Il a fait des choses controversées pour l’époque, sans se soucier des normes politiques et sociales", détaille-t-il.  S'il affirme ne pas être féministe - "Je crois à l'égalité des droits mais il y a une différence entre les hommes et les femmes, et elle doit être respectée" - ses nombreuses photos objectivant les femmes ne l'empêchent pas de se défendre d'être misogyne.

Le bonheur, c'est un fusil chaud- Dan Bilzerian

Il se targue d'avoir "fourni beaucoup d'opportunités aux femmes", citant une de ses anciennes conquêtes qui est passée de 4000 followers sur Instagram à plus d'un million après leur relation. "Son association avec moi lui a apporté beaucoup", estime-t-il dans une interview donnée à la BBC cet été. Dan Bilzerian aime chiffrer sa vie. Il se vante d'avoir mis "plus de mille filles" dans son lit et se targue d'avoir plus de 100 armes à feu dans ses placards. "Le bonheur, c'est un fusil chaud",  martèle celui qui se moque bien de ce que vous pensez de son mode de vie. Il a été accusé d'avoir frappé une jeune femme en boîte et a été poursuivi pour en avoir jeté une autre dans une piscine depuis le toit d'un immeuble. Pas de chance, il a raté sa cible et elle s'est fracturée le pied.

"Ne t'excuse jamais d'être toi-même", a-t-il tweeté cet été. Alors, qui se cache derrière ce grand gaillard de 1,80 m ? Fils d'un riche industriel originaire d'Arménie, Dan Bilzerian a grandi dans le luxe du côté de Tampa, en Floride. Il intègre l'armée à 18 ans, s'entraîne pour intégrer les Navy Seals sans jamais y parvenir avant de retrouver les bancs de l'université où il découvre le poker. Ses talents cartes en main lui permettent de renflouer les caisses et bien plus encore jusqu'à ce que son compte Instagram décolle au printemps 2014. "Tout est arrivé par accident", explique à la BBC celui qui a aussi lancé cette année Ignite, sa marque de cannabis.

Il a filmé sa fuite en direct sur Instagram lors de la tuerie de Las Vegas en octobre 2017

Mais il assure être "authentique" et se définit comme "un mec normal entouré de situations folles". "Ce que je poste sur Instagram, c'est juste 5 à 10% de ce que je fais vraiment. Le reste n’est pas si intéressant : je sors avec mes amis, je me repose dans un hamac, je regarde des films, je vais voir des spectacles d‘humour, je pêche, je fais de la randonnée...", dit-il dans le même entretien.  "Je n'aime pas l'idée de faire les choses pour les réseaux sociaux. Je suis plutôt contre les réseaux sociaux en fait", glisse-t-il, reconnaissant que c'est "un peu contradictoire". 

Il n'a pourtant trouvé rien de mieux à faire qu'une story Instagram de sa fuite lorsqu'il s'est retrouvé au milieu de la fusillade de Las Vegas, plus importante tuerie de masse aux Etats-Unis en octobre 2017. Le macho man a été vilipendé par Dakota Meyer, un vétéran des Marines distingué de la Médaille d'honneur : "Voici pourquoi les enfants ne devraient pas classer les héros par leur nombre de followers ou leurs photos". Mais pas de quoi empêcher Dan Bilzerian de séduire trois millions de nouveaux abonnés les deux années qui ont suivi...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter