"Vous voulez que je revienne ?" : accusé d'agressions sexuelles, Kevin Spacey sort du silence sur YouTube

People

Toute L'info sur

Kevin Spacey, un autre scandale sexuel à Hollywood

WTF - Elle est arrivée sans crier gare la veille de Noël. La première prise de parole publique de l'acteur américain, mis au ban de Hollywood après des accusations d'agression sexuelle qui devraient lui valoir une inculpation dans les prochains jours, a questionné les internautes. Il y redevient Frank Underwood, le héros culte de la série "House of Cards" dont il a été évincé. Une leçon de cynisme très déroutante.

Plus d'un an qu'il s'était muré dans le silence. Alors forcément, son retour sur le devant de la scène se devait d'être marquant. Kevin Spacey n'a pas choisi le ton laconique d'un communiqué pour réagir aux accusations d'agression sexuelle qui ont fait de lui un paria à Hollywood. Il a opté pour le ton donneur de leçons de Frank Underwood, le personnage qu'il a campé pendant cinq ans dans la série "House of Cards" avant de prendre la porte. C'est en cuisine qu'on retrouve donc le vice-président devenu président. Tablier recouvert de petits Pères Noël autour du cou, l'acteur américain de 59 ans s'adresse face à caméra au public. Exactement comme il le faisait dans le show Netflix.

Et pendant trois minutes, il use de son double de fiction pour faire passer quelques messages. "Je sais ce que vous voulez. Oh bien sûr, ils ont bien essayé de nous séparer mais ce que nous avons est trop fort, trop puissant. Après tout, nous partagions tout vous et moi. Je vous ai dit mes secrets les plus profonds et les plus sombres", commence-t-il. "Je vous ai choqué avec mon honnêteté mais surtout, je vous ai défié et vous ai fait réfléchir. Et vous m'avez fait confiance, même si vous saviez que vous n'auriez pas dû le faire", poursuit-il.

Il reprend après une pause café, histoire de ménager le suspense. "Je sais ce que vous voulez", insiste-t-il. "Vous voulez que je revienne", avance-t-il. Kevin Spacey évoque ceux qui "bien sûr ont tout cru et ont attendu avec excitation que j'avoue tout, que je déclare que tout ce qui a été dit est vrai, que j'ai eu ce que je méritais". "Ce serait facile si c'était aussi simple, non ? Mais vous et moi on sait que rien n'est jamais aussi simple. Pas en politique et pas dans la vie", martèle-t-il avait d'interroger le public. "Vous ne croiriez pas au pire sans preuve, n'est-ce pas ?", lance-t-il, affirmant qu'il n'a "pas peur". 

Si je n'ai pas payé pour les choses que nous savons tous les deux que j'ai faites, je ne vais certainement pas payer pour les choses que je n'ai pas faites- Kevin Spacey dans la peau de Frank Underwood sur YouTube

"Parce que je peux vous assurer une chose : si je n'ai pas payé pour les choses que nous savons tous les deux que 

j'ai faites, je ne vais certainement pas payer pour les choses que je n'ai pas faites", affirme-t-il encore. Kevin Spacey assure se sentir "très bien" malgré "sa destitution sans jugement" et "sa propre mort". "Je crois un peu plus chaque jour que bientôt, vous connaîtrez toute la vérité", ajoute-t-il avant de s'arrêter. "Mais...attendez une minute. Maintenant que j'y pense... Vous ne m'avez pas vraiment vu mourir, n'est-ce pas ? Les conclusions peuvent-être tellement trompeuses. Je vous manque ?", conclut-il en référence à la fin de son personnage, décédé dans son sommeil lors de sa sixième et ultime saison de "House of Cards". Il avait été totalement effacé du film de Ridley Scott "Tout l'argent du monde" et remplacé à la dernière minute par Christopher Plummer.

Lire aussi

Publiée lundi 24 décembre sur YouTube, cette étrange vidéo arrive alors que Kevin Spacey doit être formellement inculpé pour la première fois le 7 janvier pour "attentat à la pudeur" et "coups" contre un jeune homme de 18 ans près de Boston. Les faits remontent à l'été 2016 et se seraient produits dans un bar-restaurant de la très prisée île de Nantucket. Une autre plainte a été déposée à Los Angeles en août dernier tandis que des faits datant de 1992 et donc prescrits ne pourront pas être jugés. Une enquête criminelle pour agressions sexuelles est également en cours à Londres où le comédien a dirigé le théâtre du Old Vic pendant onze ans. Des plaintes au civil sont aussi en cours, précise l'AFP.

Lire et commenter