De coiffeur à star de "Crazy Rich Asians" : comment Henry Golding est devenu le nouveau golden boy de Hollywood

People

PORTRAIT – Il a cassé le box-office dès son premier film. Premier rôle du phénomène "Crazy Rich Asians", en salles mercredi 7 novembre, le Britannique de 31 ans raconte lui-même qu'il a "vécu plusieurs vies" avant de devenir acteur. LCI fait les présentations de celui que vous allez souvent voir sur grand écran.

Retenez bien son nom. Car il ne va cesser de truster vos écrans de cinéma. Mari de la Gossip Girl Blake Lively dans le noir et déjanté "L'ombre d'Emily" cette année, Henry Golding tombera amoureux d'Emilia Clarke (Game of Thrones) dans "Last Christmas" et donnera la réplique à Matthew McConaughey et Kate Beckinsale dans "Toff Guys", le prochain film de Guy Ritchie en 2019. Sacré CV pour quelqu'un qui n'avait jamais mis les pieds sur un plateau de cinéma il y a deux ans. Il aura suffi d'un film pour convertir ce bel inconnu en nouvelle icône de Hollywood : "Crazy Rich Asians".

Adaptation du best-seller de Kevin Kwan sorti en 2003, "Crazy Rich Asians" est devenu outre-Atlantique un véritable phénomène de société qui a réalisé d'excellents scores au box-office. Film numéro un de l'été aux Etats-Unis, il est le premier en 25 ans à Hollywood à disposer d'un casting 100% asiatique. Et celui de son héros, le richissime héritier Nick Young, n'a pas été chose facile pour le réalisateur. "On a cherché partout dans le monde. On a fait des auditions sur Internet. Il y avait des acteurs chinois qui ne pouvaient pas faire l'accent britannique, des acteurs américains qui n'avaient pas le bon charme. Et puis deux semaines avant le tournage, nous devions prendre une décision", se souvient John M. Chu pour le Chicago Sun Times.

J'ai pris un aller simple et j'ai tout de suite atterri à la télévision. C'était étrange- Henry Golding dans le Tonight Show de Jimmy Fallon

La suite, c'est Henry Golding qui la raconte lors de son passage chez Jimmy Fallon. "Lisa Kim, je t'en dois une ! Je t'aime Lisa", lance-t-il à propos de cette comptable qui a littéralement changé sa vie. "Elle a dit aux producteurs qu'elle avait rencontré un mec en Malaisie il y a cinq ans, qu'elle ne savait pas ce qu'il faisait maintenant mais qu'il était Nick Young pour elle. Mon nom est arrivé jusqu'à John M. Chu". Celui-ci l'a ensuite poursuivi sur les réseaux sociaux. Traqué sur YouTube et Instagram, Henry Golding finit par céder aux sirènes de Hollywood après un long entretien sur Skype avec le cinéaste. Enième étape d'un parcours assez improbable.

"J'ai vécu plusieurs vies", confesse-t-il. Né d'un père anglais et d'une mère malaisienne de la tribu Iban, Henry Golding a grandi entre la Malaisie et le Royaume-Uni. Sa première vocation ? La coiffure. "A 14 ans, je passais le balai chez un barbier puis je suis devenu shampouineur à la fin de mes études", dit-il. Il s'installe alors à Londres où il devient coiffeur dans le quartier très chic de Chelsea. "Puis j'ai eu la brillante idée de partir en Malaisie pour essayer de devenir animateur télé. J'ai pris un aller simple et j'ai tout de suite atterri à la télévision. C'était étrange", poursuit-il. Preuve que la chance sourit vraiment aux audacieux.

Un nouveau couple en or

Henry Golding commence par animer une émission hebdomadaire consacrée au football sur ESPN Asia, puis se met à parcourir le continent pour "The Travel Show", diffusé sur BBC World News. Globe-trotteur à la gueule d'ange, il apparaît aussi sur Discovery Channel. Une première expérience devant la caméra qui lui a été plus qu'utile. "Il avait déjà fait le plus dur", témoigne le réalisateur John M. Chu. Habitué à jouer les journalistes face aux célébrités, il est désormais celui que tous les talk shows s'arrachent.

Lire aussi

Mais Henry Golding n'a d'yeux que pour Liv Lo, animatrice télé et prof de yoga qu'il a épousée il y a deux ans. De quoi offrir à Hollywood un power couple de plus et la dose de glamour qu'il mérite.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter