Debbie Harry, la chanteuse de Blondie, raconte dans un livre avoir été violée par un cambrioleur

People
DRAME - La chanteuse de 74 ans témoigne dans ses mémoires intitulées "Face It", dont "The Sun" publie des extraits, de l'agression sexuelle dont elle a été victime alors qu'elle vivait à New York dans les années 1960.

Elle n'en avait jamais parlé. Alors quitte à se raconter, Debbie Harry n'a pas passé sous silence l'un des épisodes les plus éprouvants de sa vie. L'icône rock du groupe "Blondie" se souvient dans "Face It", ses mémoires à paraître le 1er octobre, du viol qu'elle a subi dans les années 1960 alors qu'elle vivait à New York avec son petit ami de l'époque, Chris Stein. 


Le couple a été ligoté dans son appartement par un homme qui "a fait le tour pour trouver quelque chose de valeur". "Il a entassé les guitares et l'appareil photo de Chris puis il a détaché mes mains et m'a demandé d'enlever mon pantalon", écrit-elle dans de premiers extraits dévoilés par The Sun.

"Il m'a b*** puis il a dit : 'va te laver'", poursuit-elle, affirmant "avoir été plus blessée par le vol des guitares". Debbie Harry ne précise pas la date ni n'indique si elle a informé la police de son agression. Mais le tabloïd estime que le drame s'est joué avant qu'elle n'accède à la notoriété avec le groupe Blondie. L'icône rock évoque aussi son histoire compliquée avec la drogue - "l'héroïne a été une super consolation" - et ses escapades sexuelles.

"Je ne voulais pas mais je l'ai fait. J'ai encore tellement d'autres histoires à raconter. Certaines sont drôles, d'autres effrayantes, d'autres chaleureuses, d'autres sont glaçantes et si 'Face It' attire les gens, je raconterai plus d'anecdotes sur l'histoire de Blondie, comme la fois où j'ai rencontré Rita Hayworth et Penny Singleton dans les coulisses du Greek Theater de Los Angeles", promet-elle dans la note d'intention du livre. Si ça c'est pas de l'argument marketing...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter