Inoubliable Thérèse du "Père Noël est une ordure", Anémone est morte à l’âge de 68 ans

People

DISPARITION - Membre de la troupe du Splendid, Anne Bourguignon, alias Anémone, est décédée mardi des suites d’une longue maladie. César de la meilleure actrice en 1988 pour "Le Grand Chemin", elle avait 68 ans.

Le cinéma français pleure Anémone. La comédienne française, née Anne Bourguignon, est décédée mardi des suites d’une longue maladie, a annoncé en fin de journée son agent à l’AFP. Elle avait 68 ans. Anémone faisait partie de la troupe mythique du Splendid, avec Christian Clavier, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte ou encore Josiane Balasko. 

Sur scène et au cinéma, elle était l’inoubliable interprète de Thérèse dans "Le Père Noël est une ordure". Celle qui a été à l'affiche de nombreuses comédies, comme "Viens chez moi, j'habite chez une copine" en 1982, avait reçu en 1988 le César de la meilleure actrice pour son émouvant personnage de Marcelle dans "Le Grand chemin" de Jean-Loup Hubert, avec Richard Bohringer. 

Elle s'était retirée des plateaux et des planches

Anémone avait ensuite tenu en 2002 l'un de ses autres plus beaux rôles dans "Le Petit Prince a dit", face à Richard Berry. Plus récemment, on l'avait notamment vue dans"Le Petit Nicolas", "Jacky au royaume des filles" ou "La Monnaie de leur pièce", son dernier film. Elle a également joué dans un vingtaine de pièces de théâtre, fêtant ses 50 ans de carrière au Palais des Glaces avec la dernière, "Les Nœuds au mouchoir", en 2017. Une comédie douce-amère dans laquelle elle interprétait une femme confrontée aux affres de la maladie d'Alzheimer.

Voir aussi

Christian Clavier a réagi en début de soirée à sa disparition sur Twitter...

Malade depuis quelques années, Anémone avait pris du recul et n'avait aucun engagement à venir. Réputée pour son franc-parler, l'actrice qui honnissait le vedettariat avait annoncé en 2017 sa décision de se retirer des plateaux de cinéma et des planches, portant un regard acerbe sur le monde du showbiz. 

Voir aussi

"J'en ai marre de ce métier de nomade", expliquait ainsi cette mère de deux enfants au Télégramme cet été-là, disant vouloir (s)'occuper de (s)a maison et de (s)on jardin" dans le Poitou et écrire un livre de souvenirs. "Rien" ne me manquera, lançait-elle également dans une interview cash au Parisien, décidée à prendre large et rester loin de ce métier qui la faisait "chier".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter