Décision américaine sur l’héritage Hallyday : un mauvais présage pour Laeticia ?

People

Toute L'info sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

IMBROGLIO – Un tribunal américain a refusé mardi le transfert de plusieurs avoirs de Johnny Hallyday vers les Etats-Unis où réside sa veuve, Laeticia. Une petite victoire pour David Hallyday et Laura Smet, qui attendent désormais la semaine prochaine une décision sur la compétence de la justice française dans l’affaire du testament controversé du rockeur.

Et si le conflit autour du testament de Johnny Hallyday se réglait finalement en France ? Saisi du transfert de plusieurs avoirs du chanteur sur le sol américain par les avocats de sa veuve, Laeticia, un tribunal de Los Angeles a demandé mardi un supplément d’information sur les règles du droit successoral français et renvoyé l’audience au 30 avril. 

Cette date est tout sauf anodine puisqu’entre temps, le tribunal de Nanterre, saisi par les enfants aînés du rockeur, examinera la semaine prochaine, vendredi 29 mars, la compétence de la justice française dans cette affaire rocambolesque qui déchaîne les passions depuis plus d’un an.

Souvenez-vous : le 12 février 2018, Laura Smet prenait l’opinion à témoin dans une lettre ouverte après avoir découvert, avec son frère David Hallyday, qu’ils ne figuraient pas sur le testament de leur père, rédigé au printemps 2014 à Los Angeles. Tous les deux allaient enclencher dès lors une bataille judiciaire qui a connu de multiples rebondissements au fil des mois.

Une affaire à l'issue incertaine

Dès le mois d’avril, la justice française ordonnait le gel des principaux biens de Johnny, notamment ses maisons à Marnes-la-Coquette dans les Hauts-de-Seine et sur l'île de Saint-Barthélémy. Mais elle refusait d’accorder à David et Laura le droit de regard qu’ils réclamaient sur son album posthume, "Mon pays c’est l’amour".

Au cœur de l’été, la Bank of America, gérante du JPS Trust, regroupant les actifs de Johnny, demandera le transfert des royalties françaises du rockeur  vers les Etats-Unis. Manière, d’après les avocats de Laura et David, de prendre de vitesse les tribunaux français.

Puis surprise : en novembre, la même Bank of America annonçait son retrait de la gestion de JPS Trust. Si aucune raison officielle n’avait été invoquée, les deux camps avaient expliqué cette décision par l’issue incertaine de la bataille judiciaire qui les oppose.

Voir aussi

Le 18 décembre, alors que "Mon pays c’est l’amour" trônait en tête des ventes d’albums avec plus de 2 millions d'exemplaires vendus, les enfants aînés de Johnny allaient remporter une nouvelle victoire, en obtenant le gel d’une partie des royalties dues au chanteur par ses maisons de disques dans l'Hexagone.

Depuis, un nouveau gérant, dont l’identité reste secrète, a été nommé à la tête du JPS Trust. Mais il n’est pas parvenu jusqu’ici à transférer les actifs du rockeur vers Etats-Unis comme le souhaite Laeticia. En fonction des conclusions du tribunal de Nanterre, le 29 mars, l’affaire pourrait être délocalisée pour de bon vers la France, comme le réclament les avocats de David et Laura.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter