Direction la prison pour l’acteur américain Emile Hirsch

People

BAD BOY – Reconnu coupable d’avoir agressé une cadre de la Paramount lors du festival de Sundance, en janvier dernier, l’acteur américain Emile Hirsch a été condamné lundi à 15 jours de prison, 4 750 dollars d’amende et 50 heures de travaux d’intérêt général.

Son talent n’est plus à prouver. Son comportement, en revanche, va devoir changer. Emile Hirsch, 30 ans, l’acteur américain qui incarnait le héros rebelle de Into The Wild, le superbe film de Sean Penn, va effectuer un séjour en prison, de quinze jours seulement, après avoir plaidé coupable ce lundi devant un juge de Park City, dans l'Utah. Il était accusé d’avoir agressé Daniele Bernfeld, une cadre de Paramount Pictures, lors d’une soirée en marge du festival de Sundance, le 25 janvier dernier.

D’après la police, Emile Hirsch aurait attrapé Daniele Bernfeld par la gorge au club Tao de Park City, avant de la jeter sur une table puis au sol. Des témoins affirment que l’acteur tenait des propos incohérents et avait du mal à se tenir droit. L’intéressé aurait expliqué à l'époque avoir bu "trois ou quatre verres", mais ne pas se rappeler les causes de son geste, sinon une discussion animée qui aurait dégénéré. Ce qu’il a répété lundi face au juge.

"J'ai cru que j'allais mourir"

De son côté, Daniele Bernfeld décrit un incident "incroyablement douloureux et absolument terrifiant". "Il a fallu deux personnes pour le dégager de moi et, si elles n’étaient pas intervenues, l’agression aurait continué. J’ai cru que j’allais mourir." L’enquête a révélé qu’Emile Hirsch avait bu de l’alcool alors qu’il suivait un traitement médical. Le comédien, qui est entré en cure désintoxication quelques jours après l'affaire, a exprimé plusieurs fois ses regrets depuis.

Ce qui explique sans doute la clémence du juge, qui l’a condamné, outre la peine de quinze jours de prison ferme, à 4750 dollars d’amende et cinquante heures de travaux d’intérêt général. Un accord que regrette sa victime. "Si une attaque violente dans un lieu rempli de témoins peut se terminer ainsi, quid des femmes qui sont agressées, sans défense, dans un couloir, une salle de bains, ou derrière les portes de leur propre maison ?", a déclaré Daniele Bernfeld dans un communiqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter