Emilia Clarke : la star de Game of Thrones révèle avoir survécu à deux AVC

People

Toute L'info sur

Game of Thrones saison 8 : suite et fin de la série phénomène

CONFESSIONS - Dans une tribune publiée dans le "New Yorker", la comédienne britannique raconte pour la première fois les deux ruptures d’anévrisme qui ont failli mettre un terme à sa carrière, alors qu’elle venait de décrocher le rôle de Daenerys Targaryen dans "Game of Thrones".

C’est un secret qu’elle ne pouvait plus garder. Dans une tribune poignante publiée dans les colonnes du magazine américain The New Yorker cette semaine, la comédienne britannique Emilia Clarke, 32 ans, lève le voile sur les graves problèmes de santé qu’elle a traversés, dans le plus grand secret, au début de la décennie. Deux ruptures d’anévrisme, en 2011 et 2013, qui auraient pu mettre un terme à la carrière de l’interprète de Daenerys Targaryen dans "Game of Thrones".

Tout commence le 11 février 2011, au matin. "J’étais en train de préparer dans le vestiaire de la salle de gym quand j’ai senti un méchant mal de tête arriver", écrit la jeune femme. "J’étais soudain tellement fatiguée que j’arrive à peine à enfiler mes baskets. Quand j’ai commencé les exercices, j’ai dû me faire violence. Mon coach m’a demandé de faire la planche et j’ai immédiatement eu l’impression qu’un élastique me comprimait le cerveau (…) Je suis allée aux toilettes, je suis tombé sur les genoux et j’ai commencé à vomir violemment."

Au plus bas, j'ai voulu en finir. J'ai demandé à l'équipe médicale de me laisser mourir- Emilia Clarke dans "The New Yorker"

La comédienne se rappelle d’une voix de femme, de l’alarme d’une ambulance, du transport dans un état semi-comateux et de l’odeur de désinfectant dans un couloir d’hôpital. Après une IRM, le verdict tombe : elle a été victime d’une hémorragie méningée, un type mortel d’accident vasculaire cérébral qui nécessite une opération en urgence.  A son réveil, Emilia Clarke souffre de pertes de mémoire et de graves problèmes d’élocution. 

Un cauchemar qui lui fait penser que sa carrière de comédienne est terminée, sinon compromise. "Au plus bas, j'ai voulu en finir", avoue-t-elle. "J'ai demandé à l'équipe médicale de me laisser mourir. Mon travail – le rêve de ma vie pour toujours – était axé sur le langage, la communication. Sans ça, j'étais perdue." Quelques mois plus tard, elle reprend le chemin des plateaux alors que les médecins l’ont prévenue qu’un deuxième anévrisme était susceptible de rompre à tout moment.

Voir aussi

Sous pression pendant le tournage éprouvant de la saison 3 de "Game of Thrones", elle est contrainte de retourner entre les mains des chirurgiens à deux reprises en 2013. "Quand je me suis réveillée la première fois, j’ai hurlé de douleurs. La procédure avait échoué (…) Les médecins m’ont fait comprendre que mes chances de survie étaient précaires si on ne réopérait pas tout de suite. Cette fois, ils devaient accéder à mon cerveau à l’ancienne, à travers mon cerveau."

Emilia Clarke restera hospitalisée un mois avant de rentrer chez elle. Six semaines après l’opération, un journaliste d’un tabloïd britannique, qui a eu vent de ses problèmes de santé, lui demande de confirmer. Elle dément, et continuera de le faire pendant plusieurs années. Jusqu’à ce qu’elle trouve le courage de tout révéler aujourd’hui. Et de lancer une organisme de charité baptisé SameYou, destiné à soutenir les patients soumis à une chirurgie du cerveau durant leur convalescence.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter