Emue aux larmes dans la "Jungle" de Calais, Lily Allen demande pardon aux réfugiés

BOULEVERSANT - Lily Allen a passé une journée dans le Calaisis avec la BBC car elle souhaitait "voir les choses par elle-même pour pouvoir en parler et humaniser" ceux qui sont contraints de vivre dans le camp de réfugiés situé dans le nord de la France. La chanteuse britannique en est repartie chamboulée, notamment après sa rencontre avec un adolescent afghan de 13 ans auprès de qui elle s'est excusée "au nom du Royaume-Uni".

Elle n'était jamais entrée dans un camp de réfugiés. Tout ce qu'elle sait sur la "Jungle" de Calais, Lily Allen l'a appris dans les journaux. "J'espère voir les choses par moi-même pour pouvoir en parler et humaniser les gens qui y sont car je ne fais que lire des articles qui les déshumanisent", explique la chanteuse britannique en tout début de reportage diffusé mercredi sur la BBC. Pour l'émission de Victoria Derbyshire, elle a traversé la Manche à la rencontre de ceux qui risquent leurs vies pour tenter de gagner le Royaume-Uni.

Accompagnée de membres de l'association Help Refugees, elle débute par un passage dans l'entrepôt où sont stockés les dons de vêtements. Elle les trie au milieu des bénévoles, le sourire aux lèvres. Mais l'expression se fait beaucoup plus grave au moment de visiter un bus aménagé spécialement pour les enfants et les femmes. Un sujet sensible pour la jeune femme de 31 ans, maman de Ethel Mary (4 ans et demi) et Marnie Rose (3 ans).  "Si quelque chose arrivait dans ce pays, m'arrivait à moi et à leur père et que mes filles devaient fuir, j'espère vraiment qu'un autre endroit dans le monde les aidera un peu plus", dit-elle. Ils sont entre 600 et 1000 adolescents isolés à vivre dans la "Jungle". C'est avec l'un d'eux qu'elle s'entretient.

Les Anglais vous ont mis en danger (...). Je m'excuse qu'on vous ait fait traverser tout çaLily Allen à un jeune réfugié de 13 ans

Il a 13 ans, vient d'Afghanistan et assure que son père vit à Birmingham, ce qui lui permettrait de rejoindre l'Angleterre plus facilement. Mais "le processus légal est trop long" et sa "méthode est bien meilleure", dit-t-il à Lily Allen. Il a déjà tenté à plusieurs reprises de quitter la France mais "c'est très dangereux". "Il y a quelques jours, un garçon a été tué. On attend que le camion s’arrête puis on monte dedans. La nuit dernière, on a grimpé dans un camion et on s’est caché. La police nous a attrapés et ils ont commencé à nous frapper et à nous mettre des claques", relate-t-il. Son seul souhait ? Pouvoir s'installer outre-Manche et "apprendre pour pouvoir construire [son] futur". 

Très émue par son histoire, Lily Allen choisit alors de faire amende honorable au nom de toute une nation. "Les Anglais, en particulier, vous ont mis en danger. Ils ont bombardé votre pays, vous ont mis dans les mains des talibans et maintenant vous risquez votre vie à cause de nous. Je m’excuse au nom de notre pays, je m’excuse qu’on vous ait fait traverser tout ça", lâche-t-elle avant de s'effondrer et de pleurer. "Je suis tellement, tellement désolée", poursuit-elle. La réaction du jeune garçon est d'autant plus touchante. "C'est pas grave", lui répond-t-il.

Bouleversée par cette rencontre, Lily Allen repart de Calais "choquée que cela se passe si près de là où l'on vit". "C'est désespérant", s'offusque-t-elle, "ce sont juste des gens qui essaient de survivre. Il faut faire quelque chose, c’est inhumain". "La vie est facile pour moi si je mets tout ça de côté. Je n'ai passé qu'un jour de ma vie ici, c’est leur quotidien à eux. Ils n’ont pas choisi d’être ici, c’est injuste. Je sais que je ne voudrais pas finir ici, que je ne voudrais pas que mes enfants finissent ici". La chanteuse connue pour son franc parler est même prête à aller plus loin que les mots et à prendre sous son aile l'un des enfants isolés qui résident dans le camp pour l'accueillir chez elle. "A 100%. 100%. Qui ne le ferait pas?", s'interroge-t-elle. Sans doute un nombre plus important qu'elle n'imagine.

Le reportage, et surtout ses excuses, ont été vivement critiqués sur les réseaux sociaux. Lily Allen s'en est défendue dans une série de tweets, rejettant les accusations de ceux affirmant qu'elle avait sans doute un produit à vendre, de ceux lui rappelant qu'elle n'avait pas été élue et n'avait donc pas à parler au nom de tout un pays. A l'internaute qui lui lance qu'elle devrait "avoir honte de s'excuser au nom de tout un peuple. Pour qui vous prenez-vous bon sang ?", elle offre la plus belle des réponses : "un être humain".

Lire aussi

VIDEO - Trait d'actu : la "Jungle" de Calais expliquée en dessins

En vidéo

Trait d'actu : la jungle de Calais v2

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter