Une biographie de David Bowie à paraître promet son lot de révélations choquantes sur la star

People
DirectLCI
ANECDOTES - Le 7 septembre prochain, doit sortir au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, un livre dédié à la légende du rock britannique, signé par le rédac­teur en chef du maga­zine GQ. Des extraits dévoilés ce dimanche par "The Daily Mail" donnent à deviner un personnage torturé entre orgies, nécrophilies et nazisme.

David Bowie et sa personnalité hors du commun pourraient encore avoir quelques surprises à réserver aux fans. C'est en tout cas ce que promet un ouvrage rédigé par Dylan Jones, rédac­teur en chef de la version anglaise du magazine GQ et intitulé "David Bowie : A Life" à paraitre le 7 septembre prochain au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Si l'auteur a lui-même fréquenté la légende du rock britannique, il a expliqué avoir basé son enquête sur plus de 180 témoignages de proches du chanteur décédé à 69 ans, le 10 janvier 2016. Amis ou ennemis, amants ou maîtresses, mais aussi collaborateurs ont ainsi livré des anecdotes présentées comme inédites sur la vie de la star.


En témoignent, des extraits dévoi­lés par The Daily Mail laissant en effet présager un lot d'indiscrétions carabinées dans quelques jours. On y apprend notamment  que l'appétit sexuel de l'artiste aurait failli le conduire à la nécrophilie, lorsqu'on lui aurait offert un corps sans vie, lors d'une tournée aux Etats-Unis. Il aurait décliné l'offre en hurlant. 


Par ailleurs, lorsqu'il était sous cocaïne, l'iconique chanteur entretenait, parait-il, une certaine obsession pour Hitler et regardait des films sur le nazisme. Son addiction à la drogue était telle que du cartilage avait dû lui être greffé dans ses narines pour remplacer celui brûlé par la drogue.

Schizophrénie, lobotomie et suicide

L'ouvrage revient également sur la vie hors-norme de la star dès son plus jeune âge, notamment liée à son entourage familial. Tandis que son demi-frère est schizophrène, au moins deux de ses tantes se seraient suicidées, trois autres souffraient de folie et une autre avait été lobotomisée car elle présentait un danger pour elle-même et pour les autres. 


C'est à l'adolescence que celui qui s’appelle encore David Robert Jones, commence à se maquiller à outrance, changeant de look très régulièrement. Selon le quoti­dien britannique, c'est Iman, son épouse rencontrée lors d'un dîner en 1990, qui aurait sauvé David Bowie de lui-même.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter