Meghan et Harry s’allient à Netflix pour "créer du contenu informatif mais aussi vecteur d’espoir"

Meghan et Harry s’allient à Netflix pour "créer du contenu informatif mais aussi vecteur d’espoir"
People

CHANGEMENT DE CARRIÈRE - La duchesse et le duc de Sussex poursuivent leur route loin de la famille royale britannique pour emprunter un peu plus celle du couple Obama. Eux aussi viennent de s’engager avec la plateforme de streaming pour des documentaires, des films et des séries pour enfants. Un contrat sans doute juteux dont le montant n’a pas été dévoilé.

Ils peuvent officiellement ajouter une nouvelle ligne à leur CV déjà bien fourni. Après avoir été actrice, soldat et membres actifs de la famille royale britannique, les voilà désormais producteurs hollywoodiens. Meghan Markle et le prince Harry n’ont pas mis bien longtemps à s’acclimater à leur nouvelle vie californienne. 

Neuf mois après avoir abandonné leurs activités royales, la duchesse et le duc de Sussex ont annoncé qu’ils allaient collaborer avec Netflix. Un changement de cap dont le temps de gestation a été semblable à une grossesse et qui donnera naissance dans les prochaines années à de multiples projets. Le communiqué transmis par la plateforme de streaming évoque des documentaires, des longs métrages, des séries télévisées ainsi que des séries pour enfants.

Créer des programmes familiaux inspirants est très important pour nous- Meghan et Harry

"Nos vies, en tant qu’individus indépendants et en tant que couple, nous ont permis de comprendre le pouvoir de l’esprit humain, du courage, de la résilience et du besoin de connexions", expliquent Meghan et Harry, ajoutant que "leur objectif sera de créer du contenu informatif mais aussi vecteur d’espoir". "Créer des programmes familiaux inspirants est très important pour nous", insistent les parents du petit Archie, désireux de raconter des histoires "à travers un angle honnête auquel on puisse s’identifier". Un énième tacle à une certaine presse qu'ils détestent tant ? Sans doute.

Variety précise que plusieurs projets sont déjà en cours de développement, comme une série documentaire sur la nature et une série animée consacrée aux femmes inspirantes. Le couple, qui avait rencontré plusieurs grands patrons de chaîne au début de l'été, aurait également prévu de mettre en lumière des voix différentes derrière et devant la caméra. Mais certainement pas celle de l’ancienne actrice de Suits, qui restera en coulisses. La jeune femme de 39 ans avait remis un premier pied à Hollywood en doublant un documentaire animalier sur Disney+ au profit d'une association pour la préservation des éléphants.

Harry a aussi un projet sur AppleTV+ avec Oprah Winfrey

Du côté de Netflix, on se félicite évidemment d’avoir réussi à attirer dans ses filets l’un des couples le plus médiatisé de ces dernières années. On refuse, en revanche, de communiquer le montant du contrat passé avec les ex-altesses royales, qu’on image fort juteux au vu des précédents. Shonda Rhimes, productrice star de Grey’s Anatomy, et Ryan Murphy, créateur de génie de Glee et American Horror Story, ont chacun empoché 150 millions et 300 millions de dollars pour une association de cinq ans avec le géant du streaming. Barack et Michelle Obama, eux aussi sous contrat avec Netflix, ont préféré garder le montant de leur chèque secret. Le parallèle entre l’ancien couple présidentiel et les Sussex ne s’arrête pas là puisque ces derniers ont aussi rejoint la très sélect’ Walker Agency pour représenter leurs intérêts.

Lire aussi

Le prince Harry a également dans les tiroirs une série sur la santé mentale créée en collaboration avec la papesse de la télévision américaine Oprah Winfrey. Le programme, qui doit débuter sur AppleTV+ d’ici la fin de l’année, veut "inspirer les téléspectateurs à avoir une discussion honnête sur les défis que chacun affronte". Pour vivre heureux, les Sussex ont choisi de vivre cachés des tabloïds britanniques mais certainement pas isolés. 

Entourés des personnalités les plus influentes de l'autre côté de l'Atlantique, ils sont parvenus à négocier de quoi maintenir leur style de vie sans totalement dépendre des subventions du prince Charles. Autant dire que l'accord dit du "Megxit", qui doit être réévalué début 2021 par la reine Elizabeth II, ne risque pas d'être modifié et de les voir revenir en terres britanniques...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent