Faustine Bollaert et Audrey Pulvar dénoncent l’utilisation de leur image dans des publicités de régime

People

EN COLÈRE - A un jour d'intervalle, l'animatrice Faustine Bollaert et la journaliste Audrey Pulvar se sont élevées contre des publicités mensongères utilisant leur image sur leurs réseaux sociaux.

Le montage photo "avant/après", réalisé par une marque de compléments alimentaires pour promouvoir les bienfaits supposés amincissants de pilules "magiques", montre une Faustine Bollaert arrondie à gauche et amincie à droite. L'animatrice de l’émission "Ça commence aujourd’hui" sur France 2 s'est emparée lundi de son compte Instagram pour condamner cette publicité mensongère utilisant son image auprès de ses 112.000 abonnés.

Elle a posté l’avertissement suivant pour alerter ses abonnés sur les dangers de cette méthode commerciale trompeuse :

NON, je ne soutiens ou ne fais la promotion d'aucune méthode ou régime miracle. Surtout, n'accordez pas votre confiance à ces voyous.- Faustine Bollaert

"NON, je ne soutiens ou ne fais la promotion d’aucune méthode ou régime miracle", s'offusque dans ce post l'ancienne  présentatrice de l’émission de M6 "Le Meilleur pâtissier", précisant qu'elle était enceinte sur l’image la représentant en formes généreuses. Celle qui se considère comme une "femme libre" ajoute avoir toujours été très fière de (ses) rondeurs". 

Une tromperie marketing récurrente sur les réseaux sociaux

Ce phénomène d’usurpation de l’image de célébrités à des fins commerciales n’est pas nouveau. Les animatrices Laurence Boccolini et Karine Ferri ont subi et dénoncé cette escroquerie virtuelle en 2018. Ces derniers jours, la journaliste Audrey Pulvar en a elle aussi été victime. Dimanche, elle a découvert l’existence d’un "faux compte"Facebook à son nom mettant en valeur ses supposées "jambes" sur fond de montage photo : le texte accompagnant le post faisait référence à une perte de "19 kg en seulement 2 mois". 

Problème, les gambettes en question ne lui ont jamais appartenu. Choquée par cette arnaque 2.0, la féministe de 47 ans a dénoncé la pratique d’usurpation virtuelle d’identité auprès de ses 94.600 followers sur Twitter.

 

Les pratiques commerciales frauduleuses dans le domaine de la santé sont contrôlées et sanctionnées par le législateur.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes apporte des conseils pratiques aux consommateurs pour rester vigilants sur la recrudescence des publicités mensongères dans le domaine des techniques amincissantes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter