"Femmes, écoutez bien : l’amour n’est pas la violence": Melody Gardot révèle avoir été victime de violences conjugales

People

STOP - Après avoir dévoilé une photo de son poignet tuméfié sur son compte Instagram, la chanteuse américaine Melody Gardot est revenue dans une interview à "Télérama" sur les violences conjugales qu'elle a subies.

Elle a décidé de briser le silence. La chanteuse américaine Melody Gardot a révélé sur Instagram qu'elle avait été récemment victime de violences conjugales. "Les marques sur mon corps vont guérir, mais les cicatrices sur mon cœur vont rester. Femmes, écoutez bien : l’amour n’est pas la violence", a expliqué la musicienne de 34 ans en légende d'une photo de son poignet tuméfié. Si la photo n'a pas été prise ces jours-ci, elle explique dans une interview à "Télérama" que celle-ci date de "son passé récent".  

"Je ne veux surtout pas être une porte-parole, ce n’est pas mon rôle", prévient Melody Gardot qui explique avoir décidé de sortir de sa réserve habituelle après avoir croisé une femme, tellement battue par son compagnon qu'elle ne pouvait plus se déplacer sans l'aide d'une canne. "L’histoire de cette femme m’a touchée. J’ai réalisé que moi aussi j’avais eu ma petite dose de violence, dans ma vie, avant. Ce qui m’est arrivé n’a pas du tout cette gravité, je n’ai pas été frappée comme elle ; mais j’ai quand même vécu des choses violentes. J’ai fait ce post pour dire : tu n’es pas seule. En rappelant une vérité essentielle : l’amour n’est pas la violence", précise Melody Gardot qui confie avoir ressenti de la solitude et de la culpabilité. 

Lire aussi

"Moi-même j’ai pu penser que je méritais mon sort", rajoute-t-elle avant d'en dire plus sur l'homme qui lui a fait du mal. "Il s’est perdu dans sa colère. Il a oublié que sa grande main d’homme, sur mon poignet de femme, pouvait être redoutable. De lui-même, il l’a tout de suite regretté. 'Je ne peux pas croire que j’ai fait ça'. Mais il était parti loin, sur une autre planète toute faite de colère. Je lui ai pardonné. Je lui pardonne. Pour autant, je n’aime pas l’idée que cela me soit arrivé, et je n’accepte pas que cela puisse arriver encore", conclu la chanteuse. Une prise de parole qui coïncide avec l'annonce des nouveaux chiffres de féminicides en France : d'après une étude nationale,  on compte 121 femmes tuées par leur (ex)-conjoint en 2018, et 76 rien que depuis le début de l'année 2019. 

Lire et commenter