Gérard Depardieu : Le Pen, "une connerie" et Trump, "une bonne leçon"

People

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

INTERVIEW – Dans un entretien donné au JDD dimanche 13 novembre, Gérard Depardieu évoque la perte de confiance du peuple en ses politiques, raison principale selon lui de la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

Gérard Depardieu n’a jamais eu la langue dans sa poche, pas même quand il s’agit de politique. Interrogé par le JDD à propos de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’acteur a déclaré dimanche que c’était "une bonne leçon pour les hommes politiques, qui n’en font plus depuis longtemps". Sans véritablement affirmer s’il pense que le républicain représente un danger, le Français a livré son analyse politique de la situation actuelle. "La confiance est brisée, le peuple veut reprendre le pouvoir", a-t-il ainsi observé. 

Marine Le Pen, "une connerie"

Selon Gérard Depardieu, "contrairement à George W. Bush", Donald Trump a l’avantage de ne pas être "un abruti", même s'"il dit des choses qui le dépassent". "Personne ne sait de quoi il va être capable", a-t-il insisté. "Il a l’intention de faire tout le contraire des politiques mises en œuvre par ses prédécesseurs. Mais avaient-elles empêché la pauvreté, les meurtres et les dérives ?" L’acteur pose la question. Selon lui, le vote des Britanniques sur le Brexit en juin dernier aurait déjà dû donner l’alerte, le "ras-le-bol" était là, même si l’acteur a confié qu’ "ils vont payer leur lâcheté très cher". 

Lire aussi

Et si Gérard Depardieu ne fait pas de parallèle direct avec la situation en France, il a tout de même son opinion quant au paysage politique français. "Marine Le Pen n’est pas une menace, c’est une connerie !" a-t-il ainsi lâché. "Cela fait partie du jeu des élections. Elle est un des dommages collatéraux d’une société qui ne contrôle pas ses nouveaux moyens de communication et passe son temps à faire des plans sur la comète." D’après le comédien, la peur empêche le peuple de "s’élever". "L’ignorance engendre la brutalité", a-t-il observé. Sa solution ? "Il faut travailler la tête pour faire pousser le cœur"…

Lire aussi

En vidéo

JT WE - Aux États-Unis, Trump adoucit ses positions mais les manifestations continuent

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter