"Il s'est jeté sur moi" : la femme qui accuse Gilbert Rozon de viol témoigne au procès

"Il s'est jeté sur moi" : la femme qui accuse Gilbert Rozon de viol témoigne au procès
People

PROCÈS - Âgée aujourd'hui de 60 ans, la victime présumée de l'ancien producteur québécois accusé de viol et d'attentat à la pudeur a livré un témoignage glaçant à la barre.

La parole à l'accusatrice. Mardi s'est ouvert au palais de justice de Montréal le procès pour viol et attentat à la pudeur de Gilbert Rozon, l'ex-producteur québécois et ex-juré de l'émission "La France a un incroyable talent", pour des faits qui se seraient produits en 1980. La plaignante, dont l'identité n'a pas été révélée, a livré son témoignage au cours du procès qui s'est déroulé sans jury, devant une juge. 

A l'époque, la victime présumée était âgée de 20 ans et travaillait dans une station de radio. Selon elle, les faits se sont produits après une soirée en discothèque où Gilbert Rozon l'avait invitée. Avant de la ramener chez ses parents, elle assure que le dirigeant déchu du groupe "Juste pour rire" a prétexté devoir récupérer des documents dans la maison de sa secrétaire.

"C’est comme un film. Il s’est comme jeté sur moi pour m’embrasser en mettant sa main dans mon décolleté. Après, il a rentré sa main sous ma jupe, j’étais vraiment en colère", a témoigné mardi la plaignante, comme le rapporte Radio Canada. S'en est suivi une lutte au cours de laquelle la jeune femme a réussi à se libérer. Elle demande alors à Gilbert Rozon de la ramener chez ses parents, mais ce dernier aurait refusé prétextant être trop fatigué pour reprendre le volant.

Lire aussi

A un moment je me suis dit : ben go, fais-le, ça va être fait et on va pouvoir passer à autre chose, et c’est ce qui est arrivé- La plaignante

La femme, aujourd’hui âgée de 60 ans, explique qu'elle a fini par s'endormir seule dans une chambre.  Mais à son réveil, elle découvre que Gilbert Rozon est sur elle. "Il était déterminé à avoir des relations sexuelles", a-t-elle poursuivi. "Je me souviens de deux choses, de l’oppression et d’un sentiment de lâcher-prise, parce qu’à un moment je me suis dit : 'ben go, fais-le, ça va être fait et on va pouvoir passer à autre chose', et c’est ce qui est arrivé", a-t-elle déclaré.  "La seule chose dont je me souviens vraiment, c’est la fenêtre à droite du lit parce que c’est ça que je regardais [pendant le viol]". 

Gilbert Rozon, qui nie tous les faits, a plaidé non coupable et a indiqué qu'il avait l'intention de témoigner. Le fondateur du groupe "Juste pour rire" avait été éclaboussé par des accusations d'agression sexuelle en octobre 2017, qui l'ont forcé à quitter ses fonctions en plein mouvement #MeToo.

Lire aussi

"Ça fait très longtemps qu'on attend ce moment et je ne vous cacherai pas qu'on est un petit peu anxieuses de l'issue de ce procès. Mais en même temps, c'est ce qu'on voulait, il faut qu'il soit traduit devant la justice", a déclaré à la presse l'actrice québécoise Patricia Tulasne, porte-parole des "Courageuses". Selon ce collectif, qui regroupe des femmes présumées victimes de l'ancien producteur, ce dernier aurait fait "au moins 20 victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016", ce que Gilbert Rozon réfute fermement. 

"Les Courageuses" avaient intenté une action collective pour demander une condamnation du producteur à des dommages et intérêts, qui a été rejetée par la Cour d'appel du Québec en janvier. Il y a trois ans, le retentissement de cette affaire, dans le sillage du scandale Harvey Weinstein aux Etats-Unis et du mouvement #MeToo, avait amené les chaînes françaises de télévision M6 et C8 à déprogrammer des émissions auxquelles il était associé. Quant au groupe québécois "Juste pour rire", en crise à la suite de ces accusations, il a été repris en mars 2018 par l'agence de talents californienne ICM Partners et le comédien canadien Howie Mandel. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'antiviral remdesivir désormais pleinement autorisé aux États-Unis

Covid-19 : quels sont les départements désormais soumis au couvre-feu ?

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Des caricatures de "Charlie Hebdo" projetées à Toulouse et à Montpellier

Covid-19 : avant d'envisager un reconfinement, quelles solutions reste-t-il ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent