Guillaume Canet évoque le jour où son père a fait un infarctus après une dispute avec lui

People

CONFESSIONS – Alors que son nouveau film "Nous finirons ensemble" sortira le 1er mai au cinéma, Guillaume Canet a donné une interview au magazine "Lui". Le comédien et réalisateur y fait des confidences, notamment sur un épisode qui l'a particulièrement marqué dans son enfance.

C'est un souvenir douloureux. Alors que le public découvrira son nouveau film "Nous finirons ensemble", la suite des "Petits Mouchoirs", le 1er mai prochain, Guillaume Canet a donné une longue interview au magazine "Lui". D'ordinaire plutôt discret sur sa vie personnelle, le comédien et réalisateur a fait des confidences sur son enfance. Et plus précisément sur sa relation avec son père. Quand le journaliste lui demande d'où vient son obsession pour la mort, une thématique présente dans tous ses films, le compagnon de Marion Cotillard replonge dans son enfance pour tenter de donner des éléments de réponse. 

"Quand j'avais 10 ans, mon père a quitté ma mère. Je lui ai dit, comme un adulte aurait pu le faire : 'Si tu passes cette porte, t'es plus mon père.' Il est sorti quand même et il a fait un infarctus derrière la porte. Donc niveau culpabilité... Il est encore là aujourd'hui, après des infarctus, des cancers, etc., mais j'ai quand même passé une grande partie de ma vie avec un père qui peut disparaître à tout moment", analyse Guillaume Canet. 

J'ai quand même passé une grande partie de ma vie avec un père qui peut disparaître à tout moment- Guillaume Canet

Lire aussi

"Et puis à partir de mes 12-13 ans, j'ai commencé à beaucoup ressembler à mon oncle, qui était parti à l'âge de 20 ans, et ça a été un choc pour tout le monde. Ils avaient l'impression de revoir leur fils, leur frère. Ce lien avec une personne décédée a développé chez moi un rapport à la mort un peu bizarre, qui n'a jamais été totalement réglé. (rires). Une angoisse de la mort, mais pas pour moi, pour ceux qui restent. Maintenant que j'ai des enfants, c'est encore pire !", a conclu avec humour celui qui a remporté le César du meilleur réalisateur en 2006 pour son film "Ne le dis à personne".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter