"Harry et Meghan, libres" : le livre qui achève de diviser la famille royale

"Harry et Meghan, libres" : le livre qui achève de diviser la famille royale
People

COULISSES - De leur coup de foudre aux bisbilles avec Kate et William, une biographie à paraître le 13 août (Seuil) livre le point de vue du duc et de la duchesse de Sussex sur ces derniers mois après des entretiens avec leurs proches. Les principaux intéressés nient avoir participé à cet ouvrage qui ne fait pas que des heureux outre-Manche.

La presse britannique ne parlait que de ça ce week-end. The Times et The Sunday Times ont publié les bonnes feuilles d’un livre qui veut éclairer une rupture aussi tonitruante que précipitée. Celle du duc et de la duchesse de Sussex avec la famille royale britannique. Finding Freedom - retitré Harry et Meghan, libres dans sa version française à paraître le 13 août chez Seuil - est signé de deux journalistes spécialistes de la royauté, Omid Scobie et Carolyn Durand. 

A défaut de recueillir les témoignages des principaux intéressés, ils ont interrogé une centaine de personnes pour écrire un ouvrage déjà vivement commenté avant sa sortie. Qualifiée de "choc", la biographie souhaite "corriger" la narration faite jusqu’à présent de la prise de distance du couple des Windsor. "Même s’il ne contient pas de nouveaux détails, le livre offre un regard fascinant sur les événements de ces deux dernières années qui ont chamboulé la famille royale du point de vue de Harry et Meghan", note le DailyMail, qui pointe "la rancœur" des parents d’Archie.

Les auteurs reviennent sur "l’alchimie électrique" immédiate de l’actrice américaine et du prince dès leur première rencontre dans l’espace privatisé d’un bar de Soho, à Londres. Après deux rendez-vous, Harry a su qu’il allait épouser Meghan. Après trois mois de relation, il a été le premier à dire "je t’aime". De quoi inquiéter son frère William, qui lui aurait demandé de ne pas se précipiter dans cette relation. Harry l’aurait alors traité de "snobinard" et de "condescendant", marquant le début de vives tensions entre les deux fils du prince Charles.

Entre Meghan et Kate, c’est encore autre chose. Longtemps présentées comme les belles-soeurs ennemies, les deux jeunes femmes n’auraient en fait créé aucun lien car elles n’avaient rien en commun "à part le fait de vivre à Kensington Palace". Selon le livre, Meghan aurait reproché à Kate son manque de soutien au moment de son arrivée dans la famille royale. Harry aurait lui regretté l’accueil froid réservé à sa compagne par des membres du clan Windsor. L’un d’eux l’appelant "la showgirl de Harry", un autre affirmant qu’elle "venait avec beaucoup de bagages".

Ils ne pouvaient compter que sur une petite poignée de gens au palais. En dehors de ce noyau restreint, aucune information n'était en sécurité- Omid Scobie et Carolyn Durand dans "Harry et Meghan, libres"

Le couple se serait même persuadé que certains d’entre eux étaient à l’origine de fuites dans la presse à son sujet. A Buckingham Palace, les Sussex auraient peiné à trouver des personnes de confiance avec qui collaborer. "Ils ne pouvaient compter que sur une petite poignée de gens au palais. En dehors de ce noyau restreint, aucune information n'était en sécurité", avancent les auteurs. Autant d’épreuves qui auraient poussé Harry, et non Meghan, à orchestrer leur sortie surprise qui sera pourtant qualifiée de Megxit par toute la presse.

Lire aussi

"Le personnel du palais a rejeté la faute sur Meghan, tout comme la famille", poursuit le livre. En mars, la jeune femme aurait glissé à ses amis : "J’ai abandonné toute ma vie pour cette famille. J’étais prête à faire tout ce qu’il fallait. Mais voilà où nous en sommes. C’est très triste". La reine Elizabeth II aurait été "dévastée" par l’annonce de leur départ, officialisé précipitamment le 8 janvier par crainte d’une fuite dans la presse. Alors qu’aucune discussion avec la souveraine n’avait encore eu lieu…

Meghan a enhardi Harry. Il avait besoin de quelqu’un de suffisamment fort pour résister aux mêmes tempêtes - Omid Scobie

"Ce qui m’a surprise, c’est l’engagement de Harry à mettre son droit de naissance royal de côté et d’utiliser sa voix pour changer les choses. Avec Meghan, il a trouvé un partenaire pour ça", insiste Carolyn Durand auprès du magazine People, qui publie à son tour des extraits cette semaine. "Meghan a enhardi Harry. Il avait besoin de quelqu’un de suffisamment fort pour résister aux mêmes tempêtes mais aussi quelqu’un qui n’avait pas peur de briser les règles et agir contre la norme. Ce que nous voyons maintenant, c’est un couple qui fait les choses à sa façon", poursuit Omid Scobie.

Toute l'info sur

#Megxit

Aujourd’hui installés à Los Angeles avec leur fils Archie, Harry et Meghan tracent un nouveau chemin qui risque de ne jamais repasser par l’Angleterre. Eux qui espéraient bénéficier d’un rôle hybride au sein de la famille royale, après la fin de la période d'essai établie par la reine début 2021, pourraient ne jamais retrouver de fonction officielle, même à mi-temps. "Quelques sujets familiaux très privés sont désormais publics, apparemment avec leur bénédiction. Ça sera blessant", indique une source royale au DailyMail. Une autre source souligne que le contexte actuel, plombé par la pandémie de coronavirus, n'est pas franchement le meilleur moment pour tirer la couverture sur soi. Les retrouvailles post-Covid chez les Windsor s'annoncent déjà explosives...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent