Héritage contesté de Johnny : Laeticia Hallyday "n'exclut pas" des poursuites en diffamation

RÉPLIQUE - Selon l'avocat de Johnny Hallyday, qui a transmis un communiqué à l'AFP jeudi 1er mars, la star du rock n'était pas "manipulée" et avait "pris toutes les décisions concernant sa succession avec toutes ses facultés mentales et son libre-arbitre".

Alors que l'âpre bataille juridique autour de l'héritage de Johnny Hallyday fait rage depuis maintenant plusieurs semaines, entre les enfants du chanteur Laura et David, d'un côté, et sa veuve Laeticia de l'autre, l'avocat de cette dernière a affirmé jeudi 1er mars à l'AFP que le rockeur n'était pas "manipulé" et avait "pris toutes les décisions concernant sa succession avec toutes ses facultés mentales et son libre-arbitre".


Me Ardavan Amir-Aslani "ne laissera jamais dire que son défunt client ait pu être une personne manipulée et prendra toutes les mesures nécessaires pour faire respecter la dignité de sa mémoire", a-t-il fait savoir dans un communiqué transmis à l'agence de presse.

Une plainte pour "diffamation" envisagée

Toujours dans ce communiqué, l'avocat de la veuve du rockeur "n'exclut pas" de poursuivre en diffamation les personnes invoquant "un abus de faiblesse" du chanteur. Parmi elles, la chroniqueuse d'On n'est pas couché Christine Angot qui, le 17 février 2018, avait utilisé ces mots exacts en donnant son avis sur l'affaire.

L'avocat cible également celles "qui n'étaient plus en relation" avec lui "depuis des années". Johnny Hallyday a "fait le nécessaire de son vivant pour mettre ses enfants majeurs à l'abri du besoin" a déclaré l'avocat, réfutant "totalement" l'idée que Johnny ait "déshérité" ses aînés. 


Deux mois après la mort de la star française, David Hallyday et sa demi-soeur Laura Smet ont lancé une action en justice pour contester le testament américain de leur père au seul profit de sa veuve. La procédure devrait durer plusieurs mois. Le camp adverse leur oppose des donations dont ils auraient bénéficié du vivant du chanteur.Les deux enfants ont également intenté une action en référé pour obtenir un droit de regard sur l'album posthume de Johnny, ainsi que le gel de son patrimoine dans l'attente du règlement du litige sur l'héritage. Une premiere audience en référé a été fixée au 15 mars devant le tribunal de Nanterre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter