"C'est froid, c'est sec" : Françoise Hardy indignée par la gestion de l'héritage de Johnny Hallyday

DÉCEPTION - Ébranlée par la mort du rockeur, Françoise Hardy révèle attacher "une grande dimension affective à l'héritage" et regrette que Johnny Hallyday n'y a pas inclus ses enfants David et Laura.

Elle aussi a décidé de sortir de sa réserve. Discrète depuis le décès de Johnny Hallyday le 5 décembre dernier, Françoise Hardy a, à son tour, livré son sentiment quant à la bataille testamentaire qui divise le clan de l'idole des jeunes. Un silence brisé ce lundi dans les colonnes de Télérama, où la chanteuse de 74 ans se confie d'abord sur les liens qu'elle a tissé au fil des ans avec celui qui est surnommé "Le Patron".

"Johnny et moi étions nés dans la même clinique. Lui aussi avait grandi dans un milieu populaire, à trois pas de chez moi. Lui, Jacques [Dutronc ndlr] et moi avons passé toute notre jeunesse à quelques mètres les uns des autres. Ça crée des liens invisibles. Sa mort a été un déchirement ", explique Françoise Hardy, estimant que la disparition du taulier symbolise "le début de la fin" et qu'une "génération est en train de partir". 

Il aurait dû parler aux aînésFrançoise Hardy

"Je fais partie de tous ces Français qui attachent une grande dimension affective à l'héritage", raconte-t-elle encore avant de pointer du doigt le manque de communication dont a fait preuve le rockeur envers ses enfants. "Même si on peut admettre que Johnny ait voulu laisser davantage à ses plus jeunes enfants, il aurait dû parler aux aînés. La révélation abrupte d’un tel testament, c’est froid, c’est sec. Comme un reniement. Très douloureux", souligne Françoise Hardy à l'hebdomadaire.

En vidéo

Héritage de Johnny Hallyday : l'audience renvoyée au 30 mars

Depuis mi-février, les langues se délient autours de l'héritage de l'icone du rock français. Ses enfants, Laura Smet et David Hallyday ont annoncé qu'il souhaitaient le contester car ils n'y apparaissent pas. Ainsi, une bataille juridique éclate et oppose le camp de David et Laura au clan Boudou, la famille de Laeticia Hallyday.


En effet, Laeticia, son épouse, est la seule à acquérir les biens de l'homme aux 57 ans de carrière et du droit de regard sur son oeuvre. Cette dernière entend ainsi "faire respecter le travail et la mémoire de son mari" tandis que David et Laura désirent obtenir un droit de regard sur l'album posthume du rockeur, qui leur est refusé par leur belle-mère. Alors, pour trouver une issue à ce conflit familial, une première audience aura lieu ce vendredi 30 mars. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter