Héritage de Johnny Hallyday : ce que dit Laeticia de Laura et David

RÈGLEMENT DE COMPTES - Quatre mois après la mort de son époux et alors qu'une bataille judiciaire l'oppose à ses beaux-enfants, Laeticia Hallyday sort du silence dans une interview accordée à l'hebdomadaire Le Point, parue ce jeudi. Et si elle ne ferme pas la porte à une réconciliation, elle met les points sur les i.

Elle sort de son silence pour la première fois depuis le 5 décembre, date de la mort du chanteur préféré des Français. Dans une interview fleuve de plus de 14 pages accordée au Point à paraître ce jeudi, Laeticia Hallyday s'exprime sur la bataille judiciaire et familiale qui l'oppose à ses beaux-enfants David Hallyday et Laura Smet. 

Après qu'ils ont appris que leur père était malade, David a attendu six mois pour venir et Laura, quatreLaeticia Hallyday

Dès les premières pages, Laeticia Hallyday confie avoir été seule pendant le combat contre la maladie de Johnny. "Après qu'ils ont appris que leur père était malade, David a attendu six mois pour venir et Laura, quatre. Mais je ne veux pas les juger, vous savez : ils avaient sans doute leurs raisons (...) Finalement, ils ne sont venus qu'une fois dans l'année à la maison. Alors, je les informais à chaque moment en leur envoyant notamment des SMS et des photos. Ils me répondaient souvent en me remerciant pour ce que je faisais."


Dans l'hebdomadaire, elle raconte aussi la colère de Johnny parfois, lorsqu'il apprenait que David était passé à Los Angeles, "ou à Paris, à la toute fin" sans les prévenir. "Tu vois, ils n'en ont rien à foutre de moi!", disait-il selon Laeticia.

Je leur ai proposé d'assister à tout, mais ils n'ont pas souhaité fermer le cercueil avec moi. Ils n'ont pas voulu descendre les Champs-Elysées avec moiLaeticia Hallyday

En vidéo

Héritage de Johnny Hallyday : qui soutient Laeticia ?

Dans cet entretien, Laeticia Hallyday répond à plusieurs accusations émanant de David et Laura. Accusée de les avoir tenus à distance pendant la maladie de Johnny, elle réfute : "C'est totalement faux ! Comment peuvent-ils dire cela ? C'est mon mari qui, à la toute fin, ne voulait plus ! Il y avait beaucoup de gens qui venaient tous les jours." 


Accusée d'avoir cherché à écarter David et Laura de l'organisation des funérailles, elle s'agace à nouveau : "Pas du tout ! Je leur ai proposé d'assister à tout, mais ils n'ont pas souhaité fermer le cercueil avec moi. Ils n'ont pas voulu descendre les Champs-Elysées avec moi. Ils ont pris des avocats pour faire passer leurs souhaits pour la célébration. J'ai trouvé ça tellement étrange ! Ils ne voulaient pas d'obsèques nationales. Ils voulaient une cérémonie intime."

Je leur ai proposé d'assister à tout, mais ils n'ont pas souhaité fermer le cercueil avec moi. Ils n'ont pas voulu descendre les Champs-Elysées avec moiLaeticia Hallyday

Elle revient évidemment sur le testament, au cœur de la polémique, qui acte la décision de Johnny Hallyday de déshériter ses enfants : "Il estimait qu'il avait fait des donations de son vivant et que ça les protégeait. David a construit sa vie, il a plus de 50 ans, il a fait un beau mariage, c'est un artiste reconnu. Et son père a été là quand il a fallu l'aider. Laura, de la même façon, il l'a aidée quand elle en a eu besoin. Pour lui, ils étaient sortis d'affaire." 


Elle ajoute que Johnny n'avait jamais évoqué ce testament avec ses enfants. "Il ne partageait pas ce genre de choses. Ce n'était pas facile de se parler dans cette famille".


Enfin, elle regrette que toute cette affaire n'ai pas été "réglée en famille". "L'ouverture du testament aurait dû être faite ensemble, mais ils ont refusé de venir. Mon mari avait prévu un certain nombre de choses dont on aurait très bien pu discuter sereinement. A la place, j'ai reçu des courriers (...) des lettres d'avocats (...). Je n'ai reçu aucun appel, aucun autre signe d'eux. Ils ont fait un choix."

Je serai, un jour, prête à pardonner (...) mais il faut aussi fixer les limites. On me vole mon deuil. On me roue de coupsLaeticia Hallyday

Pas question de fermer la porte pour autant : "Je les attends à bras ouverts. On est une famille ! Je ne demande que le paix, mais qu'on respecte la mémoire de mon mari. Je serai, un jour, prête à pardonner (...) mais il faut aussi fixer les limites. On me vole mon deuil. On me roue de coups."


Le tribunal de Nanterre doit rendre sa décision vendredi sur le gel des biens immobiliers du chanteur, ses droits artistiques ainsi que le droit de regard de ses enfants sur son ultime album.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter