"Je continuerai à me battre" : Laura Smet déterminée dans son combat judiciaire contre Laeticia Hallyday

People

Toute L'info sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

DÉTERMINÉE - Dans une interview accordée à "Madame Figaro", Laura Smet revient pour la première fois sur son mariage avec Raphaël Lancrey-Javal, le 15 juin dernier, jour de l’anniversaire de son père. Elle aborde également la bataille judiciaire qui l’oppose à Laeticia, la veuve du rockeur.

"Le mariage m’aurait terrifiée si ce n’avait pas été avec mon Raphaël. Mais avec lui, je sais que je ne peux pas mieux tomber", raconte Laura Smet, dans un entretien publié cette semaine par Madame Figaro. Pour la première fois, la fille de Johnny Hallyday évoque son mariage religieux avec Raphaël Lancrey-Javal, le 15 juin dernier.


Une date tout sauf anodine puisqu’il s’agissait du jour de l’anniversaire de son père, Johnny Hallyday. "Il s’est passé quelque chose d’assez dingue, comme tous ces signes que je peux avoir avec mon père : je n’avais pas choisi la date, mais on voulait que ce soit au Cap Ferret, où je vais depuis vingt-trois ans, chez des amis très proches, les Bartherotte", explique-t-elle.

"J’appelle Benoît Bartherotte (le styliste est une figure locale, ndlr) - qui est un peu pour moi un père spirituel - et il me dit avec son accent bordelais qu’il n’y a qu’une date disponible dans l’église Notre-Dame-des-Flots : 'Le 15 juin !' C’est le jour où est né mon père. Se marier le jour de son anniversaire, sans l’avoir fait exprès ? Je me 'suis pris la tête' en me disant que cela allait être mal interprété et, finalement, j’ai laissé faire la vie."

Il n’aurait pas aimé ce qu’il se passe actuellement. Je le sais. Je suis sa fille, je ressens les chosesLaura Smet dans "Madame Figaro"

On se rappelle que le même jour, Laeticia Hallyday était à Toulouse avec ses filles adoptives, Jade et Joy, pour rebaptiser l’esplanade du Zénith local, au nom du rockeur. Si nos confrères de Madame Figaro n’interrogent pas ouvertement Laura Smet sur la bataille judiciaire qui l’oppose à la veuve de son père, elle ne peut s’empêcher d’y faire allusion, au détour d’une question sur son héritage musical. 


"J’aimerais vraiment que l’on rende sa place à mon père : celle d’un immense artiste, un chanteur, un interprète comme il y en a eu peu, l’Elvis Presley français", dit Laura Smet. "Même si son image ne peut pas être ternie – son talent dépasse tout – je sais qu’il n’aurait pas aimé ce qu’il se passe actuellement. Je le sais. Je suis sa fille, je ressens les choses. C’est tout ce que je peux dire aujourd’hui. Je continuerai à me battre, peut-être pas pour moi mais pour mes enfants, plus tard. Parce que mon père l’aurait voulu."

Le 8 juillet dernier, Laeticia Hallyday a décidé de faire appel de la décision du tribunal de Nanterre,  qui s’était déclaré compétent, fin mai, pour trancher la question de l’héritage de Johnny. Depuis janvier 2018, Laura Smet et David Hallyday s’opposent au testament américain de leur père, qui les exclut au profit de Laeticia, Jade et Joy.  


La suite de l’affaire se jouera devant la cour d’appel de Versailles. Aucune audience ne devrait toutefois se tenir avant le courant de 2020. Faute d'accord à l'amiable entre les différentes parties concernées, la procédure pourrait durer plusieurs années.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter