"Faire la grève du sexe, c'est aussi se priver soi-même" : Marlène Schiappa tacle la proposition d'Alyssa Milano

People
DirectLCI
LA SURPRISE - Pour dénoncer le durcissement de la loi sur l'avortement en Géorgie, Alyssa Milano appelle à "boycotter le sexe". Une initiative dénoncée en France par la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes.

Dans l'Etat de Géorgie, aux Etats-Unis, une loi interdisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) vient d'être promulguée. Pour contester cette décision, l'actrice Alyssa Milano appelle à une grève du sexe et lance le hashtag #SexStrike. Une initiative suivie par de nombreuses célébrités américaines comme Amy Schumer, Ben Stiller ou encore Alec Baldwin. 


Mais Marlène Schiappa, quant à elle, ne voit pas cette forme de grève d'un bon œil. La secrétaire d'Etat en charge de l'égalité des femmes et des hommes estime que le sexe n'est pas un service qu'on rend à autrui. "Faire la grève du sexe c'est aussi se priver soi-même", défend-elle sur son compte Instagram. "Menacer de faire grève en réaction aux régressions du droit à l'IVG, c'est comme nous punir une nous-mêmes une deuxième fois", écrit-elle, assurant qu'il est "temps de considérer que les femmes aussi ont droit à une sexualité libre et épanouie". Il est temps aussi "de cesser d'envisager la sexualité des femmes comme quelque chose qui aurait pour but d'être agréable... pour les hommes !", conclut-elle du hashtag #féminisme.

Ce mardi 14 mai 2019, Hélène Mannarino, dans sa chronique "La surprise", nous parle du hashtag #SexStrike lancé par Alyssa Milano. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale du 14/05/2019 présentée par Pascale de La Tour du Pin sur LCI. Du lundi au vendredi, dès 5h45, Pascale de La Tour du Pin vous présente la Matinale entourée de ses chroniqueurs.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Matinale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter