"J'ai honte de ce système" : le coup de gueule d'Ingrid Chauvin contre le sort des enfants placés en attente d'adoption

People

COMBAT - La star de "Demain nous appartient" a vivement réagi aux témoignages reçus après la diffusion du documentaire relatant son combat pour adopter un petit frère ou une petite sœur pour son fils Tom. "Mais où se trouve la protection de l'enfance en France ?", s'emporte-t-elle sur Instagram jeudi 8 août.

Deux mois après, les messages continuent d'affluer. Ingrid Chauvin a raconté son long combat pour adopter dans un documentaire diffusé début juin sur TF1. "J'aurais pu essayer d'avoir un deuxième enfant naturellement, mais cette démarche de sauver la vie, de donner de l'amour à un enfant qui en a besoin, c'est quelque chose qui nous tient à cœur", expliquait-elle alors à LCI.

Une exposition médiatique qui a touché les téléspectateurs et lui a permis d'entrer en contact avec des centaines de personnes affectées par la même problématique. Elle a également échangé avec des enfants placés qui ont témoigné de leur propre histoire. Comme cette jeune femme de 19 ans, retirée à l'âge de un mois à ses parents biologiques, et ballottée "de famille d'accueil en famille d'accueil" jusqu'à sa majorité.

Que faut-il attendre ? Que le taux de suicide chez les enfants placés augmente, que les viols dans certains foyers se multiplient, qu'il y ait plus de SDF, de nouveaux attentats ?- Ingrid Chauvin

"Beaucoup d'enfants sont vraiment malheureux, moi la première aujourd'hui", écrit-elle à la comédienne qui a partagé son texte sur son compte Instagram jeudi 8 août. "Voilà le genre de messages que je reçois régulièrement et qui me fend le cœur ! Mais où se trouve la protection de l'enfance en France ? A quand une réelle considération envers ces enfants qui ne demandent qu'une chose, être aimés et avant tout respectés", s'énerve Ingrid Chauvin, qui confesse avoir "honte de ce système".

Elle partage également le quotidien de Sabrina, qui travaille en pouponnière depuis plusieurs années. "Je pense beaucoup à vous qui attendez un enfant alors que nous avons des bébés qui grandissent en pouponnière faute de famille d'accueil", écrit la jeune femme. "Que faut-il attendre ? Que le taux de suicide chez les enfants placés augmente, que les viols dans certains foyers se multiplient, qu'il y ait plus de SDF, de nouveaux attentats ?", s'emporte Ingrid Chauvin. "Imaginez ce que deviennent tous ces enfants placés, esseulés sans repère, après toute une vie sans amour et sans respect...", poursuit-elle.

Voir cette publication sur Instagram

Que faut -il attendre !! Que le taux de suicide chez les enfants placés augmente , que les viols dans certains foyers se multiplient , qu il y ait plus de SDF , de nouveaux attentats .Imaginez ce que deviennent tous ces enfants placés à leur majorité lorsqu Ils sont libérés de leur foyer , esseulés sans repère ,après toute une vie sans amour et sans respect ... Merci chère Sabrina de votre témoignage , je sais votre souffrance et votre impuissance dans les pouponnières par manque de moyens , de personnels et c est une aberration !!! #protection #enfance #adoption #honte

Une publication partagée par Ingrid Chauvin (@ingrid_chauvin_officiel) le

Le regard de ces enfants placés que j'ai pu rencontrer ne s'effacera pas de ma mémoire - Ingri

Dans un dernier post Instagram, la star de "Demain nous appartient" remercie les internautes pour leurs messages et témoignages. "Je pense à vous, je pense à eux. Le regard de ces enfants placés que j'ai pu rencontrer ne s'effacera pas de ma mémoire et c'est le cœur lourd que je m'endors ce soir", a-t-elle écrit en légende d'un dessin montrant un enfant en train de prier.

Voir aussi

Cinq ans après avoir lancé leur procédure d'adoption, Ingrid Chauvin et son mari Thierry Peythieu verront leur agrément se terminer en novembre. Auprès de LCI, la comédienne se disait prête à "se préparer à faire le deuil de l'adoption". "C'est très frustrant car on se dit qu'on a tout pour rendre un enfant heureux et lui offrir une vie magnifique. Pourquoi délivrer autant d'agrément pour qu'au final il y ait tant de parents déçus ? Aujourd'hui, 10% des couples seulement arrivent à adopter. C'est trop peu quand on sait le nombre d'enfants en souffrance", nous avait-elle confié.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter