"J'ai préféré passer à la casserole plutôt que de me rebeller" : Karin Viard raconte ses rencontres avec des "prédateurs sexuels"

"J'ai préféré passer à la casserole plutôt que de me rebeller" : Karin Viard raconte ses rencontres avec des "prédateurs sexuels"

People
DirectLCI
TÉMOIGNAGE - A l'affiche mercredi 14 novembre du film "Les Chatouilles", qui traite du difficile sujet des agressions sexuelles sur mineures, Karin Viard évoque ses rapports avec les hommes dans un entretien à Gala. Elle explique comment l'affaire Weinstein a changé le regard qu'elle portait sur ses expériences passées.

Amis, amants ou maris. Karin Viard dit avoir "toujours eu besoin de la compagnie des hommes". Mais ses expériences n'ont pas toujours été roses, comme elle le raconte dans une interview à Gala publiée mercredi 7 novembre. Comme son personnage dans le film "Les Chatouilles", dont l'ami abuse sa fillette, elle explique avoir eu du mal à repérer les prédateurs sexuels dont elle a été victime. "Mais pas dans le métier", précise-t-elle. La prise de conscience n'est venue qu'après l'affaire Weinstein. "Bizarrement", dit-elle. 

"Parce que je suis du genre à me demander systématiquement en quoi je suis partie prenante de ce qui m'arrive. Quand j'ai pu subir des agressions sexuelles, je me suis interrogée. N'avais-je pas envoyé de mauvais signaux ? Avant cette affaire-là, je n'étais pas consciente qu'il existait en effet des individus qui portent en eux l'ADN du prédateur", poursuit-elle. Karin Viard, qui était "une oie blanche" avec "une sorte de candeur", se souvient être "tombée sur des prédateurs sexuels qui ont anesthésié [ses] sensations". "J'ai préféré passer à la casserole plutôt que de me rebeller parce que ça me paraissait plus simple", concède-t-elle à Gala

Selon elle, "une fille qui préfère s'offrir plutôt que de dire non, parce que ça lui semble plus simple, est aussi le résultat d'un déficit d'éducation". "De l'autre côté, un prédateur, c'est quelqu'un qui n'a pas été éduqué par sa mère. Considérer les femmes, leur différence, ça s'apprend", ajoute-t-elle. Aujourd'hui mère de deux filles de 18 et 20 ans, l'actrice de 52 ans a ainsi à cœur de dialoguer avec elles. Sans tabou. Et d'affirmer : "il faut parler, communiquer au sein des familles, pour prévenir les dangers éventuels".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter