Jason Momoa menace de retarder le tournage d'"Aquaman 2" pour préserver une montagne sacrée à Hawaï

People
MILITANT - L'acteur américain fait partie des milliers d'Hawaïens qui depuis le 15 juillet bloquent l'accès au sommet du Mauna Kea, où doit être construit un télescope géant. Un mouvement qu'ont également soutenu les comédiens Leonardo DiCaprio et Dwayne Johnson ainsi que le chanteur Bruno Mars.

Son compte Instagram est devenu la meilleure plateforme que pouvait espérer le mouvement "Protect Mauna Kea". Jason Momoa a contribué à médiatiser à l'échelle internationale une lutte que mènent depuis des mois des milliers d'Hawaïens, désireux de protéger leur Mauna Kea, la plus haute montagne d'Hawaï considérée comme sacrée par la communauté. 


C'est là, sur ce volcan en sommeil, que devait débuter le 15 juillet la construction du Thirty Meter Telescop (TMT), un télescope parmi les plus imposants du monde au budget pharaonique de 1,26 milliard d'euros. Ses opposants se sont donc empressés de bloquer la route menant au sommet, retardant les travaux. Le projet, esquissé au début des années 2000, avait été arrêté après une première vague de manifestations en 2015 avant d'être relancé par la Cour suprême en octobre 2018.

Désolée Warner Bros, on ne peut pas tourner 'Aquaman 2' parce que Jason s'est fait écraser par un bulldozer en essayant d'arrêter la profanation de sa terre nataleJason Momoa

L'état d'urgence a même été déclaré sur la zone pour faciliter les arrestations des militants. Mais rien n'y fait. Les Hawaïens ne lâchent rien et poursuivent leur action pacifiste. Le 1er août, Jason Momoa a rejoint "son peuple" en compagnie de son fils Nakoa-Wolf, 10 ans. Tous les deux ont fièrement arboré sur le torse une inscription dénonçant la profanation de cette terre sacrée en cas de construction. "Nous sommes la résistance, nous n'abandonnerons jamais", martèle-t-il sur Instagram. "Nous aimons la science, ce n'est pas pour ça que nous sommes là. Une chose ne se produira pas. Ce télescope ne sera pas construit ici", a-t-il répété devant les caméras de Hawaï News Now.

Il a été plus loin le 9 août en ironisant sur son futur planning de travail. "Désolée Warner Bros, on ne peut pas tourner 'Aquaman 2' parce que Jason s'est fait écraser par un bulldozer en essayant d'arrêter la profanation de sa terre natale", a-t-il écrit en appelant à continuer la lutte. De quoi s'assurer une large reprise médiatique alors que la sortie du film n'est programmée que pour décembre 2022. Et que les caméras sont encore loin d'être installées...

Je serai toujours un fervent défenseur de l'avancée des sciences mais jamais en faveur du sacrifice des êtres humains dont les cœurs sont blessésDwayne Johnson

Avant lui, c'est Dwayne Johnson qui s'est rendu sur place pour apporter son soutien aux Hawaïens mobilisés. "Le problème est bien plus grand que la construction d'un télescope de 30 mètres sur le Mauna. Il s'agit d'humanité et de compassion (...). Je serai toujours un fervent défenseur de l'avancée des sciences et de la technologie, mais jamais en faveur du sacrifice des êtres humains dont les cœurs sont blessés par une mauvaise administration et une rupture de confiance", a-t-il assuré sur Instagram, publiant une vidéo de son passage sur l'île où il a tourné les deux "Jumanji" et "Hobbs and Shaw".

Le chanteur Bruno Mars, originaire de l'île du Pacifique, a lui aussi utilisé le réseau social pour affirmer sa solidarité au mouvement. "Je t'aime Hawaï. Je suis avec toi", a-t-il déclaré fin juillet en légende d'une photo de manifestants.

Problèmes environnementaux

Leonardo DiCaprio est également entré dans la danse. Fervent défenseur de l'environnement, l'acteur américain a emprunté les mots de Kaniela Ing, candidat malheureux au Congrès l'an dernier : "Il n'y a pas besoin d'être Hawaïen pour comprendre le  dangereux précédent que cela établit. Mauna Kea nous impacte tous. C'est une lutte environnementale contre des développeurs fortunés [...], c'est un microcosme de ce qui se passe à Hawaï et dans le monde : des profiteurs qui exploitent des lieux fragiles sans se soucier du futur." 

Des spécialistes de l'environnement assurent que les travaux, prévus pour durer 10 ans, pourraient contaminer l'eau potable de la région, ce que nie cependant un géochimiste de l'Université d'Hawaï cité par Hawaï News Now. Des problématiques qui rappellent celles défendues par l'actrice Shailene Woodley qui s'opposait, il y a trois ans, à la construction d'un oléoduc sur des terres sacrées amérindiennes dans le Dakota du Nord.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter