Jean-Hugues Anglade dénonce l'attitude du personnel du Thalys

People

HEROS - L'acteur Jean-Hugues Anglade était dans le Thalys attaqué, vendredi 21 août. Il s'est blessé à la main en brisant une vitrine et transporté à l'hôpital. Plus de peur que de mal, même s'il déplore l'attitude du personnel du train, qui n'a pas répondu aux appels de détresse des passagers.

Le scénario est digne d'un film d'action hollywoodien et avec chance, la fin fut heureuse pour Jean-Hugues Anglade et les autres passagers du Thalys 9364 reliant Amsterdam à Paris. Vendredi 21 août, un homme armé d'une kalachnikov s'apprêtait à faire un véritable carnage dans le train, mais grâce à deux militaires américains présents ce jour-là, le drame a été évité. Ceux-là ont en effet entendu l'homme chargé son arme, alors qu'il se cachait dans les toilettes.

Dans l'attaque, quelques blessés sont à déplorer, dont l'acteur de la série Braquo. L'homme s'est blessé à la main en voulant briser une vitrine afin d'activer le signal d'alarme du train. Jean-Hugues Anglade explique son calvaire à nos confrères de Paris Match : "J'ai pensé que c'était la fin, que nous allions mourir, qu'il allait tous nous tuer...On cherchait tous une issue, un moyen de s'enfuir, de survivre. J'ai brisé la vitre pour tirer l'alarme pour arrêter le Thalys! Le verre a méchamment entaillé mon majeur jusqu'à l'os, et les machines ont ralenti. Mais nous étions toujours bloqués à l'intérieur". L'acteur a été vu sur un fauteuil roulant à la descente du train, à Arras, puis transporté à l'hôpital d'Arras. Cependant les proches de l'acteur assurent qu'il va bien, mais encore sous le choc.  

Bravoure et courage

Le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, présent à Arras, a rencontré Jean-Hugues Anglade et a salué "la grande bravoure" des passagers qui ont permis d'éviter un drame. Il ajoute, en s'adressant plus particulièrement à Spencer Stone et Alek Skarlatos, les deux soldats américains : "Je tiens, avec le président de la République et le Premier ministre, à exprimer à ces deux passagers américains, qui ont été extrêmement courageux, toute notre gratitude, notre reconnaissance et notre admiration pour leur sang-froid".

Même son de cloche et gratitude du côté de Jean-Hugues Anglade qui s'exprime toujours à Paris Match : "Nous étions au mauvais endroit, mais avec les bonnes personnes. C'est un miracle. Nous avons eu une chance incroyable d'avoir ces soldats américains. Je veux rendre hommage à leur courage héroïque, et les remercier, sans eux, nous serions tous morts."

EN SAVOIR + >> Attaque du Thalys : le point sur l'enquête

Le comédien déplore toutefois l'attitude des employés du Thalys qui se seraient enfermés à clef dans la motrice du train : "Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice, nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne ne nous a répondu", raconte le héros de la série Braquo qui déplore un abandon "insupportable" et "inhumain". Il ajoute : "Nous étions prisonniers de ce train et il était impossible de s'échapper de ce cauchemar. Nous étions piégés dans une souricière". Sa priorité ? "J'ai protégé de tout mon corps mes enfants".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter