Jean Paul Gaultier dit stop à la fourrure animale et au cuir, PETA applaudit

People
DirectLCI
RADICAL - Interrogé par Canal +, le couturier Jean Paul Gaultier a annoncé qu’il n’utiliserait plus ni fourrure, ni peau animale pour ses prochaines créations. Une initiative, saluée par l’association Peta, qui s’inscrit dans un mouvement de fond dans l’industrie de la mode.

La fourrure, c’est fini pour lui. Jean Paul Gaultier était l’invité ce samedi de "Bonsoir", la nouvelle émission d’Isabelle Ithurburu su Canal +. Interrogé par l’animatrice, le célèbre couturier français a révélé qu’il n’utiliserait plus ni cuir, ni fourrure naturelle dans ses prochaines collections.


"Je vais remédier à cela. J’en ai utilisé depuis mes débuts, en utilisant des fois des vieilles fourrures, du recyclage. La (vraie –ndlr) fourrure souvent est plus sensuelle que la fausse fourrure, c’est malheureux à dire", a-t-il reconnu. "Mais on peut trouver d’autres moyens de se réchauffer. Donc peut-être que ça va permettre d'aller vers une partie créative qui ne nuira pas."

L’initiative de Jean Paul Gaultier a aussitôt été saluée par l’association de défense des animaux PETA qui s’en était pris à plusieurs reprises par le passé au couturier, des militants perturbant l’un de ses défilés en 2002 avant de faire irruption dans sa boutique parisienne, quatre ans plus tard.

"Cette décision s'inscrit dans une époque où la plupart des gens s'opposent à la cruauté qu'implique l'obtention de fourrure", déclare PETA sur son site, dénonçant "l’enfermement et le gazage, l’électrocution ou le matraquage à mort d’animaux dans les élevages, et le trappage dans la nature d’animaux sauvages, pris au piège dans des mâchoires d’acier qui les entaillent jusqu’à l’os."

Il n'est pas le premier

Jean Paul Gaultier n’est pas le premier couturier de premier plan à prendre une telle décision. Ces dernières années, Giorgi Armani, Gucci, Jimmy Choo, Ralph Laren, Hugo Boss, Calvin Klein, Tommy Hilfiger, Michael Kors et Versace ont annoncé ne plus vouloir utiliser de fourrure dans leurs collections. En septembre dernier, aucune marque n'en a employé durant la Fashion Week de Londres, une première.

D’après les chiffres fournis par la Fondation Brigitte Bardot, plus de 100 millions d’animaux sont encore élevés et tués chaque année pour leur fourrure. 70% des visons et 63% des renards fournis à l’industrie de la mode proviennent d’Europe. Chine, Russie, Amérique du Nord et Amérique du Sud sont également dans le viseur des associations.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter