Jeter le fils Trump "dans une cage avec des pédophiles" ? Ce tweet de Peter Fonda a failli lui coûter très cher

DirectLCI
MAUVAIS GOÛT – En pleine polémique sur l’enfermement des enfants d’immigrés illégaux, l’acteur américain Peter Fonda s’est fendu d’un tweet qui a scandalisé la Maison Blanche. Malgré les excuses de l'intéressé, le clan Trump a demandé aux services secrets d'ouvrir une enquête sur la star d'"Easy Rider". Et suggéré à la major Sony d’annuler la sortie du prochain film dans lequel il apparaît brièvement. Explications.

Peter Fonda, 78 ans, est une icône du cinéma américain, acteur et réalisateur du mythique "Easy Rider", le film culte de la génération hippie, sorti en 1969. Le fils d’Henry Fonda - et frère de Jane - est depuis toujours un artiste engagé, chantre de la contre-culture, qui n’hésita pas à qualifier Barack Obama de "traître" à la cause écolo pour sa gestion de la marée noire causée par la plateforme pétrolière Deepwater horizon, prétexte au documentaire "The Big Fix", sorti en 2011.


Devant sa télévision, le comédien a comme de nombreux Américains été choqué par les images des enfants d’immigrés illégaux, séparés de leurs parents et enfermés dans des cages, qui tournent en boucle sur les chaînes du pays. Et comme beaucoup d’internautes, il a partagé sa colère sur les réseaux sociaux.


Dans un tweet, publié lundi, et effacé depuis, il écrivait : "Nous devrions arracher Barron Trump des bras de sa mère et le mettre dans une cage avec des pédophiles pour voir si sa mère se dressera contre le trou du c… géant auquel elle est mariée." Avant d’encourager les Américains à manifester par millions dans les rues pour exprimer leur opposition au président.

Comme beaucoup d’Américains, je suis énervé et désemparé par la situation de ces enfants séparés de leur famille à la frontière, mais je suis allé trop loinPeter Fonda, dans un communiqué

Il n’en fallait pas plus pour que la Maison Blanche réagisse, par la voix de Stephanie Grisham, la porte-parole de la First Lady. "Ce tweet était malade et irresponsable", a-t-elle déclaré, précisant qu’il avait été notifié à l’USSS, l’acronyme du United States Secret Service, l’agence du renseignement américain. Une enquête a-t-elle réellement été ouverte suite aux propos du comédien ? Aucune confirmation officielle, même s'il fait partie des missions de l'USSS d'étudier toute menace, réelle ou supposée, contre le président et ses proches.


Toujours est-il  que Peter Fonda n’a pas tardé à s’excuser, quelques heures après son message initial. "J’ai twitté quelque chose de hautement inapproprié et vulgaire au sujet du président et de sa famille en réponse aux images déchirantes que je voyais à la télévision", a-t-il écrit dans un communiqué. "Comme beaucoup d’Américains, je suis énervé et désemparé par la situation de ces enfants séparés de leur famille à la frontière, mais je suis allé trop loin."

Ces excuses n’ont toutefois pas calmé la colère de la famille Trump puisque Donald Jr., le fils aîné du président, a décidé à son tour d’interpeller Sony Pictures Classics, le distributeur de "Boundaries", un film indépendant de la réalisatrice Shana Fest dans lequel Peter Fonda apparaît et qui sort aux Etats-Unis le week-end prochain. "Je me demande s’ils vont appliquer les mêmes règles à Peter Fonda qu’à Roseanne Barr", a-t-il écrit sur Twitter. "Mais j’ai l’impression étrange qu’ils n’en feront rien."


Une référence directe à l’affaire du tweet raciste de la star conservatrice Roseanne Barr, qui avait entraîné l’annulation de sa série par la chaîne ABC. Pour mémoire la comédienne s’en était pris à Valerie Jarrett,  l’ancienne conseillère noire de Barack Obama, dans un message qui avait scandalisé l’Amérique : "Les Frères musulmans et la Planète des singes ont eu un bébé : vj", avait-elle écrit en légende d'une photo de l'intéressée.

L’injonction de Trump Jr n’est pas passé inaperçue puisque la direction de Sony Pictures Classics s’est fendue d’un communiqué pour assurer que le film sortirait bien à la date prévue. Tout en condamnant les propos de Peter Fonda, les jugeant "odieux, irresponsables et dangereux". Le studio précise que le comédien "jouera un rôle mineur dans le film. Annuler la sortie ou modifier le film maintenant pénaliserait de manière injuste le travail de la réalisatrice Shana Fest, de ses acteurs et de l’équipe qui a travaillé dur sur ce projet." D'autant plus qu'il ne sort que sur 5 écrans...

On se rappelle qu’à l’automne dernier, le réalisateur Ridley Scott n’avait pas hésité à retourner les scènes interprétées par Kevin Spacey dans "Tout l’argent du monde", suite au scandale sexuel dans lequel il était impliqué. L’affaire du tweet de Peter Fonda n’ira pas jusque-là. Mais la réaction rapide de Sony montre à quel point l’industrie du divertissement se méfie du moindre bad buzz né sur les réseaux sociaux. Même lorsqu'il prend racine dans une "colère saine".


Enfin si Peter Fonda a eu tort de s’en prendre à Barron Trump, 11 ans, cible régulière de moqueries dans les médias et sur le Net, son appel à la First Lady a été exaucé. Mercredi, Donald Trump a en effet annoncé mettre fin aux séparations des familles de migrants arrivées illégalement aux Etats-Unis. Et le président américain a reconnu que sa femme Melania, mais aussi et sa fille Ivanka, avaient pesé sur cette décision, soulignant que le sujet leur tenait particulièrement à cœur... 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter