Eddy Mitchell sur Johnny Hallyday : "Je garde le souvenir d’un mec costaud, un mec vivant"

Eddy Mitchell sur Johnny Hallyday : "Je garde le souvenir d’un mec costaud, un mec vivant"

SOUVENIRS, SOUVENIRS - Dans "Le Parisien", mardi, Eddy Mitchell donne sa première interview depuis la mort de son acolyte de longue date, Johnny Hallyday, le 6 décembre dernier. Les souvenirs communs, les obsèques, la succession ... Le chanteur de 75 ans aborde longuement les mois qui ont suivi la mort de l'idole des jeunes.

A l'occasion de la sortie le 25 mai prochain de son nouvel album de reprises en duos de ses classiques intitulé "La Même Tribu : Volume 2", Eddy Mitchell a donné sa première interview au Parisien depuis la mort de son "frère" Johnny Hallyday, le 6 décembre dernier. Au début de l'entretien, celui qui a débuté sa carrière de chanteur au sein du groupe Les Chaussettes Noires évoque le dernier duo qu'il a enregistré avec "l'idole des jeunes", "C'est un rocker", issu du premier volume de "La Même Tribu".


"C’est mon dernier duo avec lui, son dernier duo aussi. C’est le premier de 'La Même Tribu' que j’ai enregistré, il y a un peu plus d’un an. Johnny sortait de chimio et il venait de faire deux heures de route... Pour que l’on passe dix minutes ensemble. On a fait deux prises et au revoir. Bon, on faisait 'C’est un rocker' sur scène dans les Vieilles Canailles, on la maîtrisait, mais j’ai été impressionné par sa force, sa volonté", explique au quotidien Eddy Mitchell. Qui met la faute sur Johnny (avec humour) concernant leur retour sur scène pour une nouvelle tournée des Vieilles Canailles, une tournée qui "a fait un bien fou" à Johnny Hallyday.

Quand il a quitté la clinique, il savait que c’était fini.Eddy Mitchell dans Le Parisien.

Après cette tournée, Eddy Mitchell a vu plusieurs fois son ami et a vite compris que la fin était proche. "Quand je suis allé le voir à la clinique (ndlr : le 18 novembre à Paris), je savais que c’était râpé. Les toubibs nous l’avaient dit : 'Il rentrera à la maison et puis…'" se rappelle le chanteur de 75 ans, qui évoque également l'obsession de Johnny pour la musique : "Ce jour-là, Johnny disait encore des conneries : 'Fais chier, je suis en train de faire un album et il me manque deux titres.' C’était son obsession, c’est quand même génial. Quand il a quitté la clinique, il savait que c’était fini. Je l’ai revu chez lui et sur son lit de mort."


Les obsèques de l'icône nationale ont été un moment particulièrement difficile pour l'interprète de "Couleur menthe à l'eau". "Je n’aime pas ces moments-là, que ce soit pour mon ami ou pas, je ne suis pas église, je déteste ce genre d’endroits", explique-t-il, marqué par l'engouement national qui a entraîné : "Je me suis dit : 'Johnny fait bien la promo'." Malgré la tristesse d'avoir vu son ami, Eddy Mitchell garde énormément de bons souvenirs vécus ensemble : "Il me manque. Mais je me souviens des rires, et il y en a eu ! Et je garde le souvenir d’un mec costaud, un mec vivant."

En vidéo

Héritage de Johnny Hallyday : vers un accord à l'amiable ?

Je ne comprends pas qu’on déshérite ses enfants, on ne doit pas le faire.Eddy Mitchell dans Le Parisien.

Enfin, le rockeur français aborde l'épineuse question de la succession du chanteur, qui fait l'objet d'une guerre depuis des mois entre sa veuve Laetitia Hallyday et ses enfants Laura Smet et David Hallyday : "Je ne suis contre personne, juste contre ce qu’a pu faire Johnny. Je ne comprends pas qu’on déshérite ses enfants, on ne doit pas le faire. Laura étant ma filleule, je prends parti pour elle… et pour David. Que David soit musicien ou non, c’est un principe. On a le droit de déshériter ses enfants aux Etats-Unis pour son chat ou son chien, mais nous ne sommes pas américains."


Pour Eddy Mitchell, cette bataille judiciaire va faire plus de mal aux proches du défunt qu'à l'héritage musical et l'image de Johnny : "Je ne pense pas que son image soit ternie. Par contre celle de ses proches, oui. Mais je pense qu’ils s’arrangeront. Sinon, ils en ont pour dix ans !"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter