Journée sans voiture à Paris : Fabrice Eboué grogne contre Anne Hidalgo

DirectLCI
COUP DE GUEULE – "Bloqué comme un con" au volant de son véhicule, l’humoriste en a profité pour prendre son smartphone et dire sur Twitter tout le bien qu’il pensait de l’initiative de la mairie de Paris. Une sortie pleine d’humour qui n’a pourtant pas plu aux internautes.

Il manie l’ironie pendant toute la durée de la vidéo. Fabrice Eboué a raconté ses déboires sur Twitter, dimanche 25 septembre, alors qu'il se trouvait "bloqué comme un con" dans son véhicule. Les raisons de sa colère ? La journée sans voiture, "belle initiative" de la mairie de Paris qui l'empêchait de rentrer chez lui, dans le Xe arrondissement de la capitale. Pour la deuxième année consécutive, les automobilistes ont été invités à emprunter les transports en commun, les vélos et leurs pieds pour se déplacer. Vingt arrondissements étaient concernés de 11h à 18h.

Lire aussi

"Je paie un loyer, j’ai acheté une voiture, je pensais que c’était pour avoir une certaine liberté de mouvement mais en fait non, on n’a plus le droit de rien faire en voiture", a pesté l'humoriste qui avait été chercher "[son] fils en banlieue chez [sa] mère". "Mais c’est vachement bien Paris. C’est ça le dimanche, il n'y a plus le droit aux commerçants, plus le droit aux voitures et bientôt tu n’auras plus le droit de chier ou de parler. Tu seras dans la rue comme ça, et le policier te dira : 'Non monsieur, c’est dimanche, on ne parle pas'",  a-t-il poursuivi, moquant cette "journée ratée" à cause de la pluie.

Fabrice Eboué a lancé ensuite un "gros merci à Madame Hidalgo". "Vraiment, plus qu'une journée sans voiture, si on peut avoir une journée sans politicien ce serait sympa. Peut-être 365 jours par an", a-t-il poursuivi. Si sa sortie a été très partagée - plus de 1200 retweets en deux heures - elle a été accueillie de manière mitigée par les internautes. Certains lui reprochaient son manque de "conscience écolo", d'organisation - "fallait t'organiser, c'est annoncé depuis un bail" -, d'autres lui glissaient la carte du métro.

Et puis il y  a la marque de location de voitures Sixt, toujours dans les bons coups, qui lui proposait une voiture non polluante. "Demandez-nous la prochaine fois", a écrit le community manager d'une enseigne qui a de la suite dans les idées niveau com'.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter