Julia Roberts fait ses débuts bucoliques sur Instagram

DirectLCI
ZOOM – Star discrète, Julia Roberts a surpris les internautes mercredi en créant sa page Instagram. Seul cliché pour le moment : un portrait de la comédienne au naturel qui lui a déjà permis d’enregistrer plus de 300 000 abonnés.

Il n’est jamais trop tard pour rejoindre les réseaux sociaux. Si, si ! Star discrète, plutôt rare sur les tapis rouges, Julia Roberts, 50 ans, a lancé mercredi sa page Instagram, à la grande surprise des internautes. "Human", a-t-elle écrit dans sa bio, en guise de profession. Sur le premier cliché qu’elle a posté, la comédienne est assise devant un arbre et regarde l’objectif, tout sourire. Elle porte un short en jeans et un pullover noir sur lequel est inscrit "Love", barré d’une flèche. Rien de bien sulfureux, donc. Et ça plaît.

En l’espace de 24 heures, sa page comptabilise déjà pas moins de 336.000 abonnés. Et sa photo enregistre plus de 140.000 "likes". C’est beaucoup, mais on est encore loin de la star la plus suivie sur Instagram, l’actrice et chanteur Selena Gomez, avec tenez-vous bien 138 millions d’abonnés. Pour rivaliser avec sa jeune collègue, Julia Roberts va devoir sans doute se montrer un peu plus créative. Et pourquoi pas partager des photos avec son mari, Daniel Moder, et leurs trois enfants, Hazel Patricia, Finn et Henry.

Les réseaux sociaux, c'est comme la barbe à papa. C’est alléchant et on ne peut pas s’empêcher d’y aller. Et puis on se retrouve avec les doigts collants et il n’y a plus rienJulia Roberts en 2013 dans "Marie-Claire"

La décision de la star de "Pretty Woman" de rejoindre Instagram a de quoi surprendre puisque qu’elle a toujours détesté mettre sa vie privée en scène dans les médias. En 2013, elle déclarait à "Marie-Claire" que les réseaux sociaux étaient "comme la barbe à papa. C’est alléchant et on ne peut pas s’empêcher d’y aller. Et puis on se retrouve avec les doigts collants et il n’y a plus rien." Visiblement la tentation était trop forte. 


Dans la même interview, Julia Roberts estimait que "l’anonymat" sur les réseaux "permet aux gens de se sentir libres de participer à la haine (…)  Moi je préfère les bonnes vieilles bagarres avec les poings lorsque les gens sont en colère les uns contre les autres. " Jusqu’ici ce premier cliché bucolique ne lui a attiré que des commentaires favorables… Mais gare aux faux pas !

Il y a quelques jours, la comédienne américaine d’origine coréenne Kelly Marie Tran avait effacé toutes les photos de sa page Instagram, victime d’attaques racistes dans pendant plusieurs mois. Courant 2016, sa partenaire britannique de "Star Wars", Daisy Ridley avait carrément supprimé sa page après avoir été harcelée par des internautes suite à ses propos en faveur du contrôle des armes à feu en Amérique. Julia, vous voilà prévenue.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter