Julie Gayet contre "Voici" : le magazine condamné à payer 1.500 euros d'amende

Julie Gayet contre "Voici" : le magazine condamné à payer 1.500 euros d'amende
People

JUSTICE - Comme attendu, le magazine "Voici" qui avait publié des photos de Julie Gayet et François Hollande dans l'Elysée en novembre 2014, a été condamné à payer 1.500 euros d'amende.

La décision était attendue ce mardi 5 juillet : la justice a tranché. Le directeur de publication de l'hebdomadaire Voici, Rolf Heinz, a été condamné à 1.500 euros d'amende pour avoir publié des clichés de Julie Gayet et François Hollande, dans l'aile privée de l'Elysée.

Le tribunal correctionnel de Nanterre a également condamné Rolf Heinz, reconnu coupable d'"atteinte à l'intimité de la vie privée par fixation ou transmission de l'image d'une personne", à payer un euro de dommages et intérêts à Julie Gayet, comme elle le souhaitait. Voici devra en outre publier un communiqué judiciaire en première page.

Ces photos prises depuis l'intérieur de l'Elysée avaient déclenché une crise au Palais

Ces photos publiées le 21 novembre 2014 par le magazine people, montraient le président et l'actrice "courant octobre" de cette même année et étaient présentées comme les premières images du couple à l'Elysée. Elles ont valu à Rolf Heinz, le directeur de la publication du magazine d'être convoqué par la justice avec un débat : "espionnage visuel" ou "droit à l'information". L'éternel débat qui enflamme les tribunaux dans ces affaires. 

L'enquête avait démontré que ces clichés avaient été pris depuis l'intérieur de l'Elysée. De nombreux journalistes spécialisés dont des photographes avaient affirmé que ces clichés avaient bien été pris depuis l'intérieur du Palais présidentiel, au smartphone. "Ce n'est plus un problème de sécurité, puisque l'auteur avait déjà passé les contrôles, mais de confiance trahie", avançait l'un d'eux.

EN SAVOIR + >>  Les premières photos du couple Hollande-Gayet à l'Elysée

La publication avait d'ailleurs déclenché une mini-crise au sein de l'Elysée et quelques jours seulement après leur publication, cinq membres du personnel de l'Élysée affectés au "service privé" du chef de l’État, susceptibles de les avoir prises, avaient été mutés à d'autres postes.

"Vol de photos" Vs "Droit à l'information"

À l'audience, le 7 juin dernier, le procureur avait requis à l'encontre de Rolf Heinz, PDG de Prisma Media, une peine d'amende et une publication judiciaire, estimant qu'il reste "délicat de faire du chiffre avec un vol" de photos. Voici, par la voix de son avocat, Me Olivier d'Antin, avait fait valoir l'intérêt du public à voir ces clichés pris "au cœur du pouvoir".

L'avocat de Julie Gayet, Me Jean Ennochi, avait lui pointé l'absence d'"intérêt légitime" à les publier. "J'espère que cette condamnation va mettre un frein à ce genre de publication de photos prises dans un lieu privé, c'est un délit", a-t-il commenté ce mardi 5 juillet. 

EN SAVOIR + >>  Photos volées à l'Elysée = failles de sécurité ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent