Jussie Smollett : l’acteur phare de la série "Empire" a-t-il mis en scène son agression homophobe ?

People
DirectLCI
MALAISE – La police de Chicago a déclaré ce dimanche avoir "réorienté" son enquête suite à l’agression homophobe dont aurait été victime le comédien Jussie Smollett, fin janvier. Depuis plusieurs jours, plusieurs médias américains laissent entendre que le héros de la série "Empire" pourrait avoir organisé lui-même cette agression dans un but professionnel.

C’est une affaire qui plonge Hollywood dans un profond embarras. Mardi 29 janvier, l’acteur américain Jussie Smollett déclarait à la police avoir été agressé aux alentours de 2 heures du matin dans le centre-ville de Chicago. D’après un communiqué des autorités locales, deux hommes blancs l’auraient approché en criant des insultes "racistes et homophobes" avant de lui passer "une corde autour du cou" et de l’asperger d’une "substance chimique inconnue". 


Star de la série musicale "Empire", Jussie Smollett va rapidement recevoir le soutien de nombreuses personnalités du monde du spectacle et d’associations LGBT tandis que l’affaire fait la une des médias américains. Le samedi suivant, le chanteur et comédien âgé de 36 ans fait sa première apparition publique depuis l’agression.

Sur scène quatre jours après l'agression

Sur la scène du Troubadour, un célèbre club de West Hollywood, il évoque son état de santé, source de multiples spéculations sur les réseaux sociaux.  "J’ai été brutalisé, mais mes côtes n’ont pas été cassées", explique-t-il. "Je suis allé chez le docteur immédiatement, je n’ai pas été hospitalisé. Mes médecins à Chicago et à L.A. m’ont dit que j’étais en mesure de me produire, mais m'ont dit de faire attention, évidemment."


"Plus important encore : j’ai riposté !", raconte Jessie Smollett sous les applaudissements. "Je suis le Tupac gay", ironise-t-il ensuite sous les applaudissements de la foule, en référence au rappeur américain décédé en 1996, suite à une fusillade à Las Vegas. "Nous sommes fiers, nous sommes gays !", renchérit l’artiste avant de rendre hommage à son compagnon qui l’a soutenu dans l’épreuve.

Dans le même temps, la police de Chicago poursuit son enquête. En l’absence de témoins, elle étudie les caméras de surveillance qui vont conduire le 13 février à l’arrestation de deux hommes noirs, présents sur les lieux ce soir-là. Surprise : il s’agirait de deux frères d’origine nigériane. Et non pas de deux hommes blancs, comme l'acteur l'avait pourtant affirmé au départ.

Les deux suspects connaissaient déjà l'acteur

L'un des deux eux aurait même travaillé en tant que figurant sur la série "Empire". Et tous les deux connaîtraient personnellement Jussie Smollett. Il n’en faut pas moins pour que des médias américains s’emballent et évoquent l’hypothèse d’une fausse agression, orchestrée par le comédien lui-même, afin de ne pas être évincé du programme…


Jeudi, Jussie Smollett donne une interview à l’émission "Good Morning America". Il y revient en détails sur son agression et se déclare choqué qu’on puisse douter de ses propos.  Il y explique aussi pourquoi il a refusé de confier son téléphone portable aux enquêteurs, arguant qu'il contient des images privées. 

Vendredi, alors que la chaîne Fox a de nouveau apporté son soutien à Jussie Smollett, Danny Strong, le créateur de "Empire", affirme qu'il na jamais été question de se séparer de l'un des comédiens principaux de la série musicale. "L'évincer n'a JAMAIS été discuté", écrit-il sur son compte Twitter. 

Sur le front de l'enquête, un nouveau rebondissement intervient vendredi puisque les deux suspects sont relâchés, relançant les spéculations sur la réalité des faits. Plusieurs médias rapportent que l'acteur les aurait payés pour organiser une fausse agression. 


Prudente jusqu’ici, la police de Chicago va confirmer ses doutes ce dimanche. Dans un communiqué, son porte-parole Anthony Guglielmi déclare que "les renseignements récoltés auprès des individus interrogés par la police dans l'affaire Empire ont de fait modifié l'orientation de l'enquête".

Il précise que les enquêteurs ont contacté l’avocat de l’acteur "pour réclamer un nouvel entretien". Ils n’ont jusqu’ici pas obtenu de réponse. Mais cet incroyable retournement de situation provoque déjà la colère de nombreux activistes. Ce dimanche, Najee Ali, le directeur de l'association Project Islamic Hope, a tenu une conférence de presse à Los Angeles au cours de laquelle il a demandé que Jussie Smollett soit présenté à la justice.


"C'est une claque dans la figure", s'est-il emporté devant les médias. "De nombreux membres de la communauté LGBT ont été victimes de crimes racistes et voir Smollett se présenter comme une victime - alors que nous pensons que c'est  un mensonge - est une injustice pour les vraies victimes."

En attendant, l'affaire fait grand bruit outre-Atlantique, dans la mesure où cette "agression" avait été dénoncée comme l'une des conséquences de la politique "haineuse" de Donald Trump. 

Le fils aîné de l'actuel président des Etats-Unis ne s'est pas privé pour le dénoncer dans une série de tweets ce week-end, largement relayés sur les réseaux sociaux. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter