Kaaris sur sa rivalité avec Booba : "Il m'insulte, je réponds"

People
SUR LE RING - Alors que son nouvel album sort vendredi 25 janvier, le rappeur de Sevran parle plus combat que musique. Auprès de l'AFP, il revient sur la bataille façon MMA qui doit le voir affronter le duc de Boulogne dans les prochains mois.

Sa promotion aura été phagocytée par un improbable duel. Alors que son cinquième album "Or Noir 3" sort vendredi 25 janvier, chaque interview donnée par Kaaris aura plus été consacrée à l'affrontement à venir avec Booba qu'à son projet musical. "Quand les médias viennent me voir, c'est pour parler de la bagarre, pas de mon disque", regrette le natif de Sevran auprès de l'AFP. "Je comprends que beaucoup de gens aient du mal à saisir tout ce qui se passe. Pour eux, on a juste affaire à deux personnes qui s'embrouillent. Mais je le répète: il m'insulte, je réponds", explique-t-il.   

Les mots ont cédé leur place aux poings l'été dernier lors d'une violente rixe dans l'espace duty-free de l'aéroport d'Orly sous le regard de passagers à la fois médusés et effrayés. A la clé ? Trois semaines en détention provisoire pour les deux rappeurs et une condamnation à 18 mois de prison avec sursis. Mais pas de quoi calmer Booba qui a relancé les hostilités en proposant à son rival un combat organisé dans les règles, devant un parterre de spectateurs. "Il m'a proposé ce combat, j'ai dit oui. Il m'a envoyé un premier contrat, en sachant que je refuserais de signer parce que les termes, c'était du n'importe quoi. Il ne s'attendait pas en revanche à ce que je lui propose à mon tour un contrat. On a trouvé un promoteur. On va bientôt signer", affirme Kaaris à l'AFP.

"Si je n'avais pas répondu à sa proposition, le lendemain, certains médias auraient titré : 'Booba défie Kaaris qui a peur et refuse de se battre'. Peut-être que je commets l'erreur de répondre, mais moi je ne me tais pas. C'est ma façon d'être. C'est une question d'honneur", lâche Kaaris. Le rendez-vous pourrait être fixé en avril, en Belgique, pour contourner la loi française qui interdit les combats en "octogone", selon les règles du MMA. Une dernière droite et puis s'en va ? Kaaris n'en est pas franchement convaincu. "S'il y a un moyen de lui mettre une raclée comme il faut, après tout ce qu'il a fait, aucun souci", assure-t-il, tout en reconnaissant que "tout ça n'est pas logique". "Il dit qu'on doit se battre pour enterrer la hache de guerre. Mais ça ne s'arrêtera pas", prédit-il. "Le coup marketing", dixit Kaaris, orchestré par Booba a en tout cas séduit les sites de  paris qui proposent déjà de miser sur le vainqueur.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Bagarre à Orly : Booba VS Kaaris fixés le 9 octobre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter