Karine Le Marchand : l'amour est dans le pré... et dans la presse people

Karine Le Marchand : l'amour est dans le pré... et dans la presse people

DirectLCI
COUP DE GUEULE - Karine Le Marchand, l'animatrice de "L'Amour est dans le pré", dont la nouvelle saison débute ce soir sur M6, affirme vivre un enfer à cause de la presse people et des paparazzis qui campe devant chez elle. Un comble lorsqu'on se rappelle ses déclaration au sujet de sa rupture ave Lilian Thuram ?

Elle en a marre, Karine Le Marchand. Ses moindres faits et gestes sont scrutés par les photographes, elle fait la une des magazines people régulièrement et ça lui est difficilement supportable. Dans une interview accordée à Europe1 ce lundi matin, l'animatrice a confié à Jean-Marc Morandini, vivre un "enfer". Depuis la médiatisation de sa rupture avec Lilian Thuram, le 4 septembre dernier et les différentes plaintes des deux camps pour diffamation qui ont suivi, l'animatrice affirme vivre un quotidien infernal. "J'ai les paparazzis en bas de chez moi. C'est très lourd".

La suite d'un feuilleton qui dure depuis quelques mois déjà. Tout débute en septembre dernier lorsque le magazine Closer révélait que Karine Lemarchand portait plainte contre Lilian Thuram pour violences conjugales. Une plainte retirée quelques jours plus tard par l'animatrice, suivie d'un communiqué de l'avocate du couple, Me Mecary qui affirmait à l'AFP que Karine Le Marchand avait bien entamé des démarches pour retirer sa plainte et qu'elle "s'est séparée de Lilian Thuram depuis plusieurs mois". L'avocate affirmait en outre que les deux protagonistes "garderont toujours l'un pour l'autre l'estime la plus profonde". L'affaire semblait enterrée, Karine Le Marchand affirme qu'elle ne parlera plus de sa vie privée. 

Plutôt dépêche AFP ou SMS ?

Dans cette affaire, une seule voix n'a pas donné sa version des faits, il s'agit de Lilian Thuram. L'ancien footballeur est resté muet durant ces semaines de batailles à coups de communiqués de presse. Jusqu'au 17 octobre, lorsqu'il accorde une interview au Grand Journal de Canal +. Le champion du monde 1998, interviewé par Antoine de Caunes, réfute tout acte de violences envers son ex.

Lilian Thuram dévoile également un SMS que l'animatrice ui a fait parvenir : "Je rentre avec mes affaires à la maison. Si tu veux la guerre, Lilian, tu vas l'avoir, au-delà de ce que tu imagines." "Elle m'a expliqué qu'elle allait me détruire, détruire mon image", lâche l'ex-joueur de l'AS Monaco. Un échange qui date du 3 septembre... Le jour même de la plainte de l'animatrice. "Le lendemain, je suis convoqué à la police", explique Lilian Thuram.

L'arroseuse arrosée ?

Dans la foulée de cette interview, l'animatrice accorde un entretien téléphonique à Thomas Hugues, où elle déclarait être "meurtrie et sidérée" par les propos de son ex. "Je ne comprends pas, ce déballage et ces mensonges", déclarait-elle, avant d'ajouter avoir subi des pressions pour retirer sa plainte pour violence conjugale contre l'ancien sportif : "J'avais publié un communiqué pour apaiser la situation. Je regrette d'avoir retiré ma plainte". 

Et d'annoncer quelques jours plus tard à l'AFP par l'intermédiaire de son avocat, Me Ennochi, qu'elle attaquait Lilian Thuram en diffamation. "Karine Le Marchand considère que les propos tenus 6 semaines après les faits sont vulgaires, mensongers et dégradants, et portent atteinte à son honneur et à sa considération", précise un communiqué publié par l'avocat à la demande de sa cliente.

Depuis cette date, l'animatrice affirme avoir déposé 17 plaintes à l'encontre des journaux qui évoquaient sa vie privée, et tout récemment sa romance soi-disant naissante avec un comédien français : "J'ai les paparazzis en bas de chez moi. C'est très lourd (...) Je n'ai pas demandé ça et c'est extrêmement pesant", dit-elle. De là à regretter d'avoir informé l'AFP...

Plus d'articles

Sur le même sujet