Ses voyages en jet, son régime, sa "Choupette"... : les 6 plus belles excentricités de Karl Lagerfeld

People

Toute L'info sur

La mort de Karl Lagerfeld

EXTRAVAGANCE - Costumes trois pièces, chemises blanches, gants en cuir noir, teint hâlé, cheveux blancs impeccablement noués en queue-de-cheval et légendaires lunettes noires sur le nez…, la marque de fabrique de Karl Lagerfeld se résumait en un mot : excentricité. Une attitude qu'il revendiquait ouvertement.

Il était décrit par tous comme un homme raffiné et particulièrement sensible aux détails. Le "Kaiser Karl", comme on le surnommait avec respect - et crainte ? -, ne cachait pas certaines petites manies et coquetteries. Que dire du mystère, savamment entretenu, qui entourait son âge, de ses mythiques lunettes noires dont il ne se séparait jamais ou encore de son refus catégorique de monter dans un avion de ligne ? 

En 2009, quand nos confrères du Figaro, lui demandaient s'il se sentait excentrique, il répondait : "Ce sont les autres qui le disent. Je ne vois pas ma vie de l'extérieur. De toute façon, je n'ai pas de paramètre pour la normalité. L'excentricité est une fuite pour échapper à la banalité et au conformisme auquel la société veut nous soumettre. Conforme, c'est un mot qui commence mal ! Alors, oui, je fuis la banalité et les lieux communs".

Lire aussi

1- Ses lunettes noires

Mais pourquoi donc Karl Lagerfeld ne se séparait-il jamais de ses lunettes de soleil ? Une affaire de look ? Pas vraiment. Si l'on en croît  une interview que le créateur de mode avait donné à Marie-Claire il y a quelques années, cette habitude puiserait ses origines dans une anecdote des plus insolites : "Quand j’étais très jeune, j’ai reçu un verre de whisky dans le visage par accident", déclarait-il. "Si je n’avais pas porté mes lunettes, j’aurais pu perdre un œil. Donc je ne sors jamais sans mes légendaires lunettes. Pour moi, les lunettes noires sont comme des ombres à paupières portables". Et de glisser une autre justification dans la foulée : "A travers les verres teintés, le monde est plus beau et tout le monde rajeunit instantanément de 10 ans".

2- Son look impeccable, jusque dans son lit

Autre habitude sur laquelle le couturier ne dérogeait jamais : son look apprêté jusque dans les moindres détails... y compris avant d'aller se coucher. Francis Veber, l'un de ses amis, évoquait ainsi en 2017 dans l'émission "Un jour, un destin"  un rituel pour le moins particulier : celui de se coiffer avec soin et de s'habiller le plus joliment possible tous les soirs avant de se coucher. Non pas par égocentrisme mais pour une raison bien plus intime et profonde,  "au cas où il mourrait la nuit, pour qu’on le retrouve digne", expliquait le cinéaste.

3- Ses voyages exclusivement en jet privé

En 2015, le couturier confiait à l’Express Styles qu’il n’empruntait plus de vols commerciaux : "Je n'aime pas trop prendre l'avion à cause des selfies et des contrôles. Quand quelqu'un de vaguement connu passe dans ce genre d'endroit et doit se déchausser, enlever sa veste, tout le monde se met à le photographier, avait-il expliqué. Si on ne me donne pas un petit avion, je reste chez moi". 

Depuis, sa position n’avait guère changé : comme il l’avait confié l'année dernière au magazine The Cut, le directeur artistique de Chanel avouait n'avoir pas pris d’avion de ligne depuis au moins 20 ans, reconnaissant refuser également certains vols en jet privé. "Le problème avec les jets privés, c’est que même si vous en avez un grand, c’est un cauchemar quand vous avez trop de monde à bord, déclarait-il. Plus de trois ou quatre personnes, oubliez. Je me souviens de la fois où je suis rentré de Moscou en emmenant tous mes assistants. C’était le pire vol, parce que tout le monde demandait des boissons, et ceci, et cela". Pour justifier cette attitude pour le moins radicale, il avait reconnu : "J’aime dormir dans les avions. Ou alors je ferme mes yeux et je fais le vide dans ma tête". 

4- Sa chatte Choupette

Le grand manitou de la mode était connu pour ses nombreux caprices. Ainsi, une armada d’employés avait notamment pour mission de chouchouter sa chatte adorée Choupette et de lui envoyer des photos de l’animal à longueur de journée. Il faut dire qu'entre Karl Lagerfeld et sa chatte, c'était une grande histoire d'amour. Invité dans l'émission "Le Divan" sur France 3, le couturier avouait sans détour être raide dingue  d'elle. "Elle est irrésistible", avait-il lancé à Marc-Olivier Fogiel, avant de poursuivre, à propos de l'amour débordant qu'il portait à Choupette : "C'est une chose inattendue, je n'aurais jamais pensé que cela puisse m'arriver. Cela me fait presque rire de moi-même. Mais en même temps, j'en suis ravi : lorsqu'elle doit aller pendant deux heures chez le docteur, je trouve que la maison est morte". 

Déjà mascotte des défilés et star des réseaux sociaux – elle possède notamment un compte Instagram, un compte Twitter et un compte Facebook -, Choupette peut aussi se targuer d'être l'héritière de Karl Lagerfeld. Celle qui a "des personnes qui s'occupent d'elles" quand le couturier n'est pas là est en effet l'une des légataires du testament du couturier. 

Voir aussi

5- Son âge

Karl Lagerfeld avait aussi une autre lubie, celle d'entretenir un savant mystère autour de sa date de naissance et donc de son âge. A ce jour, le flou est toujours totale. Selon Wikipédia, le couturier serait né le 10 septembre 1933 et serait donc mort à l'âge de 85 ans. Toutefois certains biographes penchaient pour l'année 1938. Mais en 2012, dans un entretien à Paris-Match, le Kaiser démentait ces deux affirmations et confiait : "Au milieu : 1935", ajoutant : "Ma mère avait changé la date. C'était plus facile de faire un 3 ou un 8. Je l'ai appris après sa mort et je ne sais pas pourquoi elle avait fait ça".

6- Son régime

En 2000, grâce à la méthode d’amincissement Spoonlight, Karl Lagerfeld avait perdu 42 kilos en 13 mois, sans jamais les reprendre, même dix ans après le début de son régime ! Une cure très hypocalorique qui consiste à une chasse permanente aux lipides et aux glucides, et qui implique "beaucoup de volonté pour devenir un cintre parfait", comme il le clamait.  Un amaigrissement spectaculaire basé pourtant sur un régime controversé qui fit grand bruit à l'époque. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter