Kim Kardashian ne veut plus cacher son psoriasis

Kim Kardashian ne veut plus cacher son psoriasis
People

ELLE ASSUME – Si la femme de Kanye West "espère toujours un remède" à cette maladie de peau dont elle souffre depuis 2010, elle "apprend à l’accepter comme une partie" d’elle, explique-t-elle mercredi sur son site.

Le maquillage restera désormais dans son vanity. Et c’est assez rare pour être souligné. Kim Kardashian n’essaiera plus de cacher le psoriasis qui s’est invité sur sa peau depuis déjà six ans. "Depuis que j’ai été diagnostiquée en 2010, j’ai beaucoup parlé de mon combat" contre la maladie, écrit-elle mercredi sur son site. "J’ai une plaque sur ma jambe droite, qui est la plus visible. Je n’essaie même plus de la couvrir", dit-elle.

"Parfois, j’ai juste le sentiment que c’est mon gros défaut et tout le monde le sait, alors pourquoi le cacher ?", poursuit-elle.  "Les personnes qui souffrent du psoriasis ont des symptômes différents. Parfois les éruptions cutanées grattent, parfois elles pèlent. Les miennes brûlent de temps en temps pour différentes raisons", détaille-t-elle.

Sa mère aussi en souffre

Tous les soirs, Kim Kardashian applique une crème à la cortisone sur ses plaques pour atténuer les symptômes. Le seul moyen, pour le moment, de calmer les crises. Car il n’existe pas encore de remède miracle pour éradiquer totalement cette maladie. Si elle "espère toujours un remède bien sûr", "dans le même temps", elle "apprend à l’accepter comme une partie" d’elle.  Sa mère Kris Jenner a elle aussi diagostiquée à l’âge de 30 ans. 

Le psoriasis est la maladie auto-immune la plus courante aux Etats-Unis, avec 7,5 millions d’Américains touchés, selon la National psoriasis Foundation. Kim Kardashian avait révélé en souffrir dans un épisode de sa téléréalité "L'Incroyable Famille Kardashian". Evidemment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : les députés votent la prorogation de l'état d'urgence

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent