Menaces de mort et harcèlement : l'humoriste Yassine Belattar mis en examen

People
JUSTICE - Visé par une enquête pour menaces de mort déclenchée par une plainte du comédien Bruno Gaccio, Yassine Belattar a été mis en examen ce jeudi et laissé libre sous contrôle judiciaire.

Les ennuis judiciaires continuent pour Yassine Belattar. Après avoir été placé en garde à vue mardi, l'humoriste, visé par une enquête pour menaces de mort et diffamation, avait été déféré mercredi soir au tribunal de Paris en vue de sa mise en examen. C'est chose faite, notamment pour "menaces de mort" et "harcèlement moral", indique ce jeudi après-midi son avocate Maître Safya Akorri à l'AFP. Plus précisément selon une source judiciaire, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour "menaces de mort, menaces de crimes réitérés, envois réitérés de messages malveillants et harcèlement moral". Yassine Belattar, 36 ans, qui conteste les faits de harcèlement et une partie des menaces d'après son avocate, a été laissé libre sous contrôle judiciaire. 


Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire à la suite d'un dépôt de plainte, le 24 janvier, de Bruno Gaccio, ex-auteur des Guignols de l'info, qui affirme avoir été menacé de mort au téléphone. Les deux hommes se connaissent bien, puisqu'ils ont étroitement collaboré en 2015, lorsque Yassine Belattar avait repris les rênes de "La Grosse Emission", un programme produit par Bruno Gaccio et diffusé sur Comédie+. Mais leurs relations se sont depuis envenimées, sur fond de convictions politiques, et leurs passes d'armes sont fréquentes sur Twitter. 


Sauf que l'affaire ne s'arrêterait pas là : selon Mediapart, l'humoriste est également accusé par plusieurs personnes du monde du spectacle "de comportements humiliants ou menaçants". Des faits qu'il conteste. "Que je menace des gens, c'est un fait. Il y a plein de gens qui en menacent d'autres. Mais moi, je ne suis jamais passé à l'acte", s'est-il justifié auprès du site d'information.

"Quatre personnes ont décrit sur procès-verbal des menaces directes, une demi-douzaine de personnes au bas mot ont évoqué des relations professionnelles difficiles et deux jeunes femmes ont raconté des conversations dérivant vers des sous-entendus ou des allusions sexuelles alors qu'elles étaient à la recherche de travail", avance de son côté Mediapart, qui dit enquêter depuis fin 2017 sur cette affaire. Animateur sur la radio Nova, Yassine Belattar a également été chroniqueur de LCI. L'an dernier, il a été nommé par le président Emmanuel Macron au Conseil présidentiel des Villes, destiné à alimenter la réflexion de l'exécutif sur les quartiers prioritaires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter