L’actrice américaine Chelsea Handler baisse son pantalon contre Donald Trump

People

PAS CONTENTE - C’est l’une des stars les plus "cash" de la télé américaine. L’actrice et animatrice Chelsea Handler, farouchement opposée à la candidature de Donald Trump à l’élection présidentielle, a posté sur Instagram un message pour le moins explicite à l'attention de l’homme d’affaires…

Se balader à poil sur Ies réseaux sociaux ? Rien de très original pour les stars américaines. Mais lorsqu'on s’appelle Chelsea Handler, actrice et animatrice à la personnalité bien trempée, et à l'humour très cru, ce n’est pas (seulement) pour amuser la galerie.

"Donald Trump is a butthole"

Sur sa page Instagram, cette pétillante quadra, qui a raconté sa vie sexuelle dans plusieurs autobiographies, pose en petite culotte, pantalon baissé au niveau des genoux. Et ce message marqué au feutre noir sur la peau : "Donald Trump is a butthole" (Donald Trump est un trou du cul – ndlr).

Sometimes we swim above water and sometimes we swim on the sea floor. I'll meet you wherever you are.

Une photo publiée par Chelsea Handler (@chelseahandler) le

Ancienne présentatrice du talk show Chelsea Lately, sur la chaîne E !, de 2007 à 2014, Chelsea Handler a tourné l’an dernier une série documentaire intitulée Chelsea Does. Diffusés depuis janvier sur Netflix, les quatre épisodes la voient débattre avec des proches, des experts, et des simples citoyens de thématiques aussi variées que le mariage, les nouvelles technologies, le racisme et la drogue dans l'Amérique d'aujourd'hui.

Une attaque tout sauf gratuite

Si cette personnalité "progressiste", soutien de la communauté LGBT, s’en prend aujourd’hui à Donald Trump, c’est peut-être à cause de son histoire personnelle. En 2001, elle révélait dans une interview au New York Times avoir eu recours à une IVG à l’âge de 16 ans, expliquant que "c’était la chose juste à faire."

Il y a quelques jours, le candidat à l’investiture républicaine faisait polémique en déclarant sur MSNBC qu’il devrait y avoir "une forme de punition" pour les femmes qui avortent. Avant de faire machine arrière, quelques jours plus tard…

A LIRE AUSSI >> Avortement : pourquoi cette fois Trump a dérapé

Lire et commenter