Que reproche George Clooney aux hôtels parisiens Le Meurice et Plaza Athénée ?

Que reproche George Clooney aux hôtels parisiens Le Meurice et Plaza Athénée ?
People

ALERTE - Dans une lettre ouverte publiée ce jeudi, l'acteur américain appelle à boycotter neuf prestigieux complexes hôteliers à travers le monde, dont deux français, pour tenter de provoquer une prise de conscience. Tous ces établissements ont en commun d'être liés au sultan de Brunei, riche petit Etat pétrolier d'Asie du Sud-Est. Détails.

A travers cet appel au boycott, l'acteur engagé aux côtés de sa femme pour la défense des droits de l'homme, entend provoquer une prise de conscience. Dans une lettre ouverte publiée ce jeudi, George Clooney appelle à ne plus fréquenter neuf prestigieux hôtels à travers le monde, dont deux sont français. La raison ? Tous ont en commun d'être liés au sultan de Brunei, riche petit Etat pétrolier d'Asie du Sud-Est qui s'apprête à instaurer la peine de mort en cas d'homosexualité ou d'adultère en invoquant la charia, la loi islamique.

Le 3 avril, "la nation de Brunei va commencer à lapider et à fouetter à mort n'importe lequel de ses citoyens convaincu d'être homosexuel. Comprenez-le bien", écrit George Clooney dans une tribune publiée par le site internet Deadline, spécialisé dans le divertissement. Le sultan est "l'un des hommes les plus riches du monde" et "possède l'Agence d'investissement de Brunei" qui, à son tour, est propriétaire de "neuf des hôtels les plus prestigieux dans le monde", poursuit George Clooney. Et le comédien d'en donner la liste : outre les célèbres Plaza Athénée et Meurice situés à Paris, sont également concernés The Dorchester (Londres), 45 Park Lane (Londres), Coworth Park (Royaume-Uni), The Beverly Hills Hotel (Beverly Hills, USA), Hotel Bel-Air (Los Angeles, USA), Hotel Eden (Rome) et Hotel Principe di Savoia (Milan, Italie).

Lire aussi

"Allons-nous vraiment contribuer financièrement à ces violations des droits humains ?"

"J'ai séjourné dans nombre d'entre eux, dont certains récemment, parce que je n'avais pas fait mes devoirs et que j'ignorais qui les possédait", reconnaît l'acteur américain. "Mais soyons clair, chaque fois que nous prenons une chambre ou organisons une réunion ou dînons dans l'un de ces neuf hôtels, nous mettons de l'argent directement dans la poche d'hommes qui choisissent de lapider et de fouetter à mort leurs concitoyens homosexuels ou accusés d'adultère", relève-t-il.

"Brunei est une monarchie et un boycott n'aura certainement pas grand pouvoir pour changer ses lois. Mais allons-nous vraiment contribuer financièrement à ces violations des droits humains ?", lance-t-il. Et d'ajouter: "Après des années de pratique des régimes meurtriers, j'ai appris que vous ne pouvez pas leur faire honte. Mais vous pouvez faire honte aux banques, aux financiers et aux institutions qui font des affaires avec eux en choisissant de détourner le regard".

La réponse de Brunei

Le bureau du Premier ministre de Brunei a diffusé samedi un communiqué rappelant que le pays avait un "double système judiciaire", l'un islamique, qui ne s'applique qu'aux musulmans (représentant plus des deux tiers de la population), l'autre civil, qui concerne l'ensemble des habitants du pays. "Avec l'entrée en vigueur complète" de cette loi islamique "à partir du 3 avril, les deux systèmes continueront à s'appliquer en parallèle afin de maintenir la paix et l'ordre et préserver la religion, la vie, la famille et les individus quels que soient leur genre, nationalité, race et confession", y est-il écrit.

La petite monarchie de 430.000 habitants est dirigée d'une main de fer par le sultan Hassanal Bolkiah depuis 1967. Elle a annoncé en 2014 l'introduction progressive de la charia, malgré l'opposition des défenseurs des droits humains. La nouvelle législation de Brunei situé sur l'île de Bornéo, prévoit aussi l'amputation d'une main ou d'un pied pour vol.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent