Le cancer de Michael Douglas est dû à la pratique des cunnilingus

Le cancer de Michael Douglas est dû à la pratique des cunnilingus

DirectLCI
MALADIE - Dans une interview accordée au site "The Guardian", Michael Douglas a expliqué que son cancer de la gorge était dû à une MST très répandue : le papillomavirus. Il l'aurait contractée en pratiquant des cunnilingus.

Star de Ma vie avec Liberace , le dernier film de Steven Soderbergh, présenté à Cannes cette année, l'acteur Michael Douglas revient d'une longue convalescence.

Il y a trois ans, l'interprète du pianiste virtuose Liberace s'était vu diagnostiquer un cancer de la gorge, et avait révélé qu'il se battait contre cette maladie avec des chimiothérapies et des radiothérapies.

Un cancer causé par une MST, le papillomavirus

Dans une interview accordée au journal anglais The Guardian, Michael Douglas a balayé d'un revers de manche (à paillettes) les idées reçues concernant sa maladie. Lorsque le journaliste lui a demandé si le tabagisme et l'alcool étaient à l'origine de son cancer, l'acteur n'y est pas allé par quatre chemins : "Non !" a-t-il répondu.

Alors qu'il pensait que l'incarcération et la peine de prison de dix ans ferme de son fils Cameron pour possession et trafic de drogue pouvait être le déclencheur de sa maladie, il a découvert qu'il l'avait probablement contractée en pratiquant notamment des cunnilingus. "Sans entrer dans le détail, ce cancer très spécifique est causé par le virus du papillome humain [VPH]", explique-t-il. Depuis, l'acteur doit "faire des contrôles réguliers, actuellement tous les six mois, mais tout est normal depuis deux ans", a-t-il dit, ajoutant que "ce type de cancer ne récidive pas dans 95% des cas".

57% des patients atteints d'un cancer de la gorge sont atteints du papillomavirus

Selon les recherches menées par la faculté d'odontologie de Malmö (Suède) et le journal médical The New England Journal of Medicine, il y a effectivement un lien de cause à effet entre les pratiques sexuelles orales et le cancer de la gorge. 

Une étude récente, menée sur 1.316 patients atteints d'un cancer de la bouche, a révélé que 57% d'entre eux étaient positifs au papillomavirus (HPV-16). Interrogé par The Guardian, un chirurgien londonien, le Dr Mahesh Kumar, a indiqué que, ces dix dernières années, on assistait à une augmentation spectaculaire de ce type de cancers.

Plus d'articles