Le discret soutien de Bernadette Chirac à Valérie Trierweiler

Le discret soutien de Bernadette Chirac à Valérie Trierweiler

DirectLCI
GAYETGATE – Bernadette Chirac, épouse de l'ancien chef de l'Etat, a indiqué mercredi 22 janvier sur Europe 1, avoir "écrit un tout petit mot" à Valérie Trierweiler pour lui dire qu'elle prenait "part à sa tristesse".

La parution des photos de la relation entretenue par François Hollande et Julie Gayet dans le magazine Closer le 10 janvier dernier continue d'entrainer de nombreuses réactions dans son sillage. Si beaucoup tancent le comportement de François Hollande, certains ont malgré tout une petite pensée pour sa compagne, Valérie Trierweiler.

C'est le cas de Bernadette Chirac qui, interrogée sur Europe1 ce mercredi 22 janvier, a confié avoir écrit un petit mot à Valérie Trierweiler pour prendre "part à sa tristesse". Un soutien discret mais bel et bien présent. 

Un "tout petit mot" adressé à Valérie Trierweiler

Celle qui fut 12 ans "première dame" a rappelé que "le président de la République a dit lui-même que les choses privées doivent être réglées en privé. Ça ne me regarde pas, les commentaires ou les non-commentaires". A-t-elle lu le magazine qui a tout déclenché ? "Non, je ne lis pas Closer, excusez-moi".

En évoquant l'hospitalisation de la compagne de François Hollande, Bernadette Chirac a dit "espérer que c'est seulement un coup de fatigue" et lui a fait part de son discret soutien qui a pris la forme d'un "tout petit mot" adressé à Valérie Trierweiler. "Je lui ai écrit un tout petit mot, je lui ai dit que j'entendais de ses nouvelles, que je prenais part à sa tristesse, parce que je pense qu'elle est triste", a déclaré Bernadette Chirac sur Europe1. De l'avis de cette dernière, "tout va s'arranger très vite" entre la journaliste de Paris Match et François Hollande. 

Première dame, un rôle "assez dur"

Interrogée également sur la place de "première dame" qu'elle connait bien puisqu'elle l'a endossé durant douze ans, Bernadette Chirac s'est montrée ferme et s'est positionnée en femme d'expérience. "Vous savez, c'est assez dur", a observé Mme Chirac, 80 ans, à propos de la place du conjoint présidentiel. "J'ai aimé ça au-delà, mais j'ai eu la chance d'être 18 ans la femme du maire de Paris, 4 ans la femme du Premier ministre, 10 ans la femme d'un ministre (...) Evidemment, quand on a l'expérience c'est plus facile, d'ailleurs elle-même me l'a dit, 'vous avez de la chance', car elle m'a très gentiment invitée à l'Elysée au début et m'a demandé différentes petites choses", a déclaré la femme de Jacques Chirac.

Alors que la question de la création d'un statut de première dame se pose actuellement, Bernadette Chirac s'y oppose. Elle considère qu'il faut malgré tout "un secrétariat car on reçoit un très volumineux courrier à l'Elysée, mais le statut c'est ridicule, c'est le président qui est élu (…) S'il a une femme, tant mieux, elle doit apprendre à être disponible pour tous les Français et les Françaises". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter