Le monde du cinéma dit adieu à l'actrice Marie-José Nat, morte à l'âge de 79 ans

People

DISPARITION - L'actrice Marie-José Nat est décédée ce jeudi 10 octobre à l'âge de 79 ans. Elle avait connu la gloire dans les années 60 et 70, avec ses rôles dans "Les Violons du Bal", "Elise ou la vraie vie" ou encore "Les Gens de Mogador".

Marie-José Nat a marqué le monde du cinéma. Figure familière des écrans dans les années 60 et 70, la comédienne est décédée ce jeudi à Paris à l'âge de 79 ans des suites d'une longue maladie, a indiqué son agent. L'actrice née en 1940 à Bonifacio d'un père kabyle et d'une mère corse a été dirigée par des metteurs en scène connus comme Henri-Georges Clouzot, Gérard Oury ou Claude Autant-Lara, lors d'une carrière menée autant au cinéma qu'à la télévision.

Cette femme aux yeux et aux cheveux très noirs avait reçu en 1974 le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes pour "Les Violons du Bal" de Michel Drach, histoire autobiographique du réalisateur avec qui elle partagea sa vie durant plus d'une décennie.

Avant cela, il lui avait offert en 1967 un de ses plus beaux rôles dans  "Élise ou la vraie vie", l'histoire d'une jeune fille qui se lie d'amour avec un militant algérien du FLN (Front de libération nationale, en lutte pour l'indépendance de l'Algérie), qui fit alors polémique. Marie-José Nat a aussi travaillé pour la télévision, comme dans la série à succès "Les Gens de Mogador", saga en 13 épisodes, diffusée à partir de 1972, dans laquelle elle donne la réplique à Jean Piat. 

Voir aussi

Marie-José Nat s'est mariée à trois reprises. La première fois, de 1960 à 1961, avec Roger Dumas, Michel Drach de 1964 à 1981. Elle s'est remariée pour la dernière fois en 2005 avec l'écrivain et peintre Serge Rezvani, connu du grand public pour être l'auteur de chansons célèbres, dont "J'ai la mémoire qui flanche" et "Le tourbillon de la vie", interprétées par Jeanne Moreau.

"Amélie ou le temps d'aimer, Élise ou la vraie vie, Les violons du bal... Marie-José Nat, avec à la réalisation Michel Drach son mari d'alors, a incarné une époque (69-70), une beauté, un type de femme suave mais résolue, une douceur qui, elles aussi, ont disparu", a réagi sur Twitter l'ancien  président du festival de Cannes.

Lire et commenter