Le père de Laeticia Hallyday condamné à quatre mois de prison avec sursis pour violences contre un septuagénaire

People

DÉCISION - André Boudou, le beau-père de Johnny Hallyday, a également écopé de 13.000 euros d'amende mardi 15 octobre pour des faits remontants au printemps dernier. Il avait frappé un pêcheur qui lui reprochait d’être arrivé trop vite en bateau sur un quai à Saint-Martin.

Il n'a pas suivi les réquisitions du parquet. Alors que ce dernier avait réclamé 10 mois de prison ferme et 3000 euros d'amende à l'encontre d'André Boudou, le tribunal correctionnel de Saint-Martin a condamné le père de Laeticia Hallyday à quatre mois de prison avec sursis pour des faits de violence.

Le beau-père de Johnny Hallyday devra également s'acquitter auprès de sa victime de 8750 euros pour préjudice matériel, de 

1500 euros pour les souffrances endurées, de 2000 euros de préjudice moral et de 1000 de remboursement de frais d'avocat, rapporte l'AFP mardi 15 octobre.

Deux dents perdues

Les faits remontent au 20 mars dernier. La victime est un pêcheur, qui faisait le plein de carburant de son embarcation au quai de la station de Sandy Ground, à l’est de l’île. André Boudou arrivant trop vite sur le quai selon lui, le pêcheur lui a demandé de réduire la vitesse de son bateau, ce qui lui a valu plusieurs coups de poings au visage, et deux dents perdues. 

Voir aussi

"Hygiène bucco-dentaire"

Lors du procès le 13 septembre, auquel André Boudou n'avait pas assisté, la défense s’était notamment appuyée sur son lien avec le rockeur décédé en décembre 2017. L’avocate de l'homme de 67 ans, maître Marion Tillard, avait ainsi avancé que la victime n’aurait pas porté plainte "si cela n’avait pas été le beau-père de Johnny Hallyday", avait rapporté le journal local Soualiga Post

La victime "n’avait pas l’intention de déposer plainte mais elle a souhaité surfer sur la vague de notoriété, car au final il ne s’agit que d’une absurde histoire de bateau", avait plaidé l’avocate. Au moment de son audition par les gendarmes, André Boudou avait expliqué s’être défendu après avoir été insulté. Un argument rejeté par le vice-procureur, pour qui les coups n’ont rien d’un "geste de défense" mais tout d’une "agression gratuite". 

Voir aussi

Autre point abordé par la défense, toujours selon le récit du procès fait par le Soualiga Post : "l’hygiène bucco-dentaire" de la victime. Les dents du pêcheur auraient été en mauvais état avant l’altercation, et les 10.100 euros demandés au titre de frais dentaires auraient donc été injustifiés. L’avocate d’André Boudou avait néanmoins concédé que son client "avait la fâcheuse habitude d’en venir aux mains". Ancien rugbyman, il avait déjà eu plusieurs fois maille à partir avec la justice par le passé, avec notamment deux condamnations à de la prison avec sursis pour fraude fiscale.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter